Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason du système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Amériques

Fusillade dans une église du Texas : l'enquête se dirige vers la piste familiale

© Erich Schlegel, Getty Images, AFP | La police américaine pénètre dans la propriété du suspect de la fusillade au Texas, dimanche 5 novembre.

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/11/2017

Les autorités du Texas privilégient la piste familiale pour expliquer les motivations de l'auteur de la fusillade, qui a fait au moins 26 morts, dimanche, dans une église de Sutherland Springs, dans le sud des États-Unis.

La piste familiale est privilégiée, ont annoncé les autorités texanes, lundi 6 novembre, au lendemain de la fusillade qui a fait 26 morts dans une église baptiste de Sutherland Springs, un village de 400 habitants situé à une soixantaine de kilomètres à l'est de San Antonio.

"Il y avait un problème dans la famille et la belle-famille. La belle-mère fréquentait l'église. Nous savons [...] qu'elle avait reçu des menaces de la part [du tireur]", a déclaré Freeman Martin, porte-parole du département texan de la Sécurité publique.

Aucun membre de la belle-famille du tireur n'était toutefois présent dimanche à la First Baptist Church de Sutherland Springs, une petite église en bois comme il en existe partout aux États-Unis, a indiqué plus tôt le shérif du comté, Joe Tackitt. "Nous ne savons pas pourquoi il est venu ce jour-là", a-t-il ajouté.

Les autorités ont dit disposer d'une vidéo tournée à l'intérieur de l'église pendant la fusillade mais n'ont pas souhaité la commenter dans l'immédiat.

"À ce stade, nous pensons qu'il s'est suicidé après l'accident"

Le tireur, un homme blanc âgé de 26 ans et nommé Devin Patrick Kelley, a ouvert le feu sur les fidèles rassemblés à la First Baptist Church, vers 11 h 20 (17 h 20 GMT). L'assaillant était entièrement habillé de noir et portait un masque représentant une tête de mort et un gilet pare-balles, quand il a ouvert le feu.

Il a alors été pris à partie par Stephen Willeford, un voisin, armé, qui a tiré et l'a blessé, malgré son gilet pare-balles. Cet habitant a ensuite demandé l'aide d'un conducteur qui passait par là et les deux hommes se sont lancés à sa poursuite pendant une quinzaine de kilomètres, avant que Devin Patrick Kelley ne perde le contrôle de son véhicule. Sa voiture s'est alors écrasée sur le bas côté de la route et le shérif pense que c'est à ce moment-là qu'il s'est suicidé avec une arme à feu.

Condamné en 2012 pour des violences envers sa femme et son enfant

D'après Freeman Martin, porte-parole du département texan de la Sécurité publique, Devin Patrick Kelley a téléphoné à son père pendant la course poursuite et lui a dit avoir été touché par balle.

L'armée de l'air américaine a, elle, fait savoir que Devin Patrick Kelley avait servi dans une de ses unités logistiques de la base aérienne d'Holloman, au Nouveau-Mexique, de 2010 à sa mise à l'écart pour mauvaise conduite en 2012. Il avait été jugé et condamné cette année-là par une cour martiale pour des violences envers sa femme et son enfant.

Rétrospective des fusillades les plus meurtrières des États-Unis

Avec AFP et Reuters

Première publication : 06/11/2017

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : une fusillade dans une église du Texas fait au moins 26 morts

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les États-Unis pourraient réglementer l'usage des mécanismes d'automatisation des armes à feu

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les violences par armes à feu coûtent près de 3 milliards de dollars par an aux États-Unis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)