Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, le camouflet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason du système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

Economie

Bono, Apple, Nike et Lewis Hamilton visés par les "Paradise Papers"

© Suzanne Cordeiro, AFP | Bono, le chanteur du groupe de rock U2 est visé par des révélations des "Paradise Papers".

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/11/2017

Le chanteur Bono, Apple, Nike et le pilote de Formule 1 Lewis Hamilton se sont ajoutés lundi à la liste des entreprises et personnalités mises en cause par les révélations des "Paradise Papers" sur des pratiques mondiales d'optimisation fiscale.

Au second jour des révélations sur les circuits planétaires d'optimisation fiscale, les "Paradise Papers" dévoilent de nouveaux noms. Le dernier en date, lundi 6 novembre au soir, est celui du chanteur du groupe de rock U2, Bono. Avant lui, les sociétés Apple et Nike, et le piloite de Formule 1 Lewis Hamilton ont été mis en cause.

"Totalement écœuré si, même en tant qu'investisseur minoritaire et passif, (...) [s]on nom a pu être mêlé à quelque chose d'un tant soit peu illégal", le rocker irlandais a cependant salué ces révélations du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ).

Selon l'ICIJ, qui regroupe 96 médias de 67 pays, Bono est actionnaire d'une entreprise maltaise qui aurait investi dans un centre commercial lituanien. Le tout via une holding lituanienne qui aurait recouru à des techniques d'optimisation fiscale illégales.

Apple et Nike accumulent les profits offshore

Apple, de son côté, aurait utilisé le paradis fiscal britannique de Jersey pour continuer à ne pas payer d'impôts, ou très peu, après avoir dû mettre fin à des pratiques similaires en Irlande. Selon le New York Times, le groupe aurait ainsi "accumulé plus de 128 milliards de dollars de profits offshore (...) qui ne sont pas imposés aux États-Unis et à peine dans d'autres pays". Sollicité par l'AFP pour une réaction, Apple n'a pas donné suite.

Le fabricant d'articles de sport Nike a lui créé des sociétés offshore aux Bermudes et c'est à celles-ci que les filiales de Nike devaient verser des centaines de millions d'euros pour utiliser les droits sur la marque. Avec les sommes importantes payées pour les licences, les bénéfices du groupe dans le monde ont été diminués, réduisant le montant des impôts payés par Nike.

Quant à Lewis Hamilton, le quadruple champion du monde de F1, il a utilisé une société-écran sur l'île de Man pour économiser la TVA lors de l'achat d'un nouveau jet privé de plus de 4 millions d'euros.

Avec AFP

Première publication : 07/11/2017

  • PARADIS FISCAUX

    "Paradise Papers" : de nouvelles fuites lèvent le voile sur les clients des paradis fiscaux

    En savoir plus

  • ÉVASION FISCALE

    "Bahamas Leaks" : une ex-commissaire européenne rattrapée par sa société offshore

    En savoir plus

  • DANEMARK

    Le Danemark va acheter les données des Panama papers pour poursuivre ses fraudeurs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)