Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Familles séparées : la grogne monte aux États-Unis

En savoir plus

L’invité du jour

Karine Tuil : "Romancière, je tente à travers l’observation de la société d’en décrypter la complexité"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Boeing : "Il faut maintenir le dialogue entre américains et chinois"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grèce : un allègement de la dette se profile à l'Eurogroupe

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Trump contraint de reculer sur les familles de sans-papiers"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Play it again, Cristiano Ronaldo"

En savoir plus

Le revirement de Donald Trump sur la question des enfants migrants séparés de leurs parents

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Taxes américaines sur l'acier : les mesures de rétorsion de l'UE entreront en vigueur le 22 juin

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie-Erythrée : une délégation érythréenne ira bientôt à Addis-Abeba

En savoir plus

EUROPE

Accusé de viols, Tariq Ramadan en congé de l'université d'Oxford

© Mehdi Fedouach, AFP | L'islamologue Tariq Ramadan lors d'une conférence intitulée "Vivre ensemble", le 26 mars 2016 à Bordeaux.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/11/2017

L'université d'Oxford a annoncé, mardi, que l'islamologue Tariq Ramadan, accusé de viols par deux femmes en France et d'abus sexuels sur des mineures en Suisse, se mettait en congé de l'institution britannique où il enseigne.

L'islamologue Tariq Ramadan, visé par deux plaintes pour viols en France et accusé d'abus sexuels sur des mineures en Suisse, est en congé de l'université d'Oxford, au Royaume-Uni, où il enseigne, a annoncé, mardi 7 novembre, l'institution britannique.

"D'un commun accord et avec effet immédiat, Tariq Ramadan, professeur d'études islamiques contemporaines, a pris un congé de l'université d'Oxford", indique l'établissement dans un communiqué, soulignant que ce congé "n'impliquait aucune présomption ou acceptation de culpabilité et permettait au professeur Ramadan de répondre aux accusations extrêmement graves portées contre lui".

L'université d'Oxford dit avoir "toujours reconnu la gravité des allégations contre le professeur Ramadan, tout en soulignant l'importance de l'impartialité et des principes de justice et de procédure régulière".

La pétition lancée par l'activiste britannique Aisha Ali-Khan

Une pétition réclamant la suspension de l'islamologue le temps de l'enquête a été lancée le 4 novembre et a été signée en trois jours par plus de 1 400 personnes.

>> À lire : Henda Ayari, victime présumée de Tariq Ramadan, témoigne

Tariq Ramadan, qui réfute ces accusations et a porté plainte, lundi, pour "dénonciation calomnieuse", a salué sur Twitter "la prise de position de l'université d'Oxford depuis le début de cette affaire". "Elle a défendu le principe de la présomption d'innocence sans minimiser la gravité des allégations portées contre moi. Elle a en outre toujours considéré qu'il était impératif de répondre aux questions des étudiants et d'assurer leur sécurité", relève-t-il.

Petit-fils du fondateur de la confrérie égyptienne islamiste des Frères musulmans, Tariq Ramadan, 55 ans, bénéficie d'une forte popularité dans les milieux musulmans conservateurs. Il est aussi très contesté, notamment dans les sphères laïques, qui voient en lui le tenant d'un islam politique.

Avec AFP

Première publication : 07/11/2017

  • FRANCE

    Une sur Tariq Ramadan : ouverture d'une enquête après des menaces de mort contre Charlie Hebdo

    En savoir plus

  • FRANCE

    Accusation de viol : Henda Ayari, victime présumée de Tariq Ramadan, témoigne

    En savoir plus

  • FRANCE

    Visé par deux plaintes pour viol, Tariq Ramadan dénonce "une campagne de calomnie"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)