Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

Amériques

États-Unis : Danica Roem devient la première élue transgenre en battant un candidat homophobe

© Paul J. Richards, AFP | Danica Roem a battu Robert Marshall avec 55 % des voix dans le 13e district de Virginie.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 08/11/2017

La démocrate Danica Roem est devenue la première élue locale transgenre aux États-Unis en battant Robert Marshall, l'un des politiciens les plus homophobes du parti républicain.

Ce n’était qu’un scrutin local aux États-Unis, mais la victoire est de portée nationale. La démocrate Danica Roem est devenue, mardi 7 novembre, la première élue ouvertement transgenre aux États-Unis en battant le républicain sortant Robert Marshall avec 55 % des voix, dans le 13e district de l'État de Virginie.

Un scrutin à l’impact politique moins fort que les autres batailles perdues par le parti de Donald Trump ce même soir, mais qui a attiré autant, sinon plus, l’attention médiatique aux États-Unis.

Contre "l'homophobe en chef de Virginie"

En effet, comme si l'exploit de devenir la première élue transgenre du pays n'était pas suffisant, Danica Roem a gagné au détriment d’un conservateur républicain qui s’est autoproclamé par le passé "homophobe en chef de Virginie".

La jeune femme de 33 ans, ancienne journaliste et fondatrice d’un groupe de heavy metal, a décidé de se lancer en politique précisément pour empêcher Robert Marshall de remporter sa 14e victoire d’affilée dans ce district traditionnellement républicain.

Robert Marshall n'a jamais manqué une occasion de taper sur la communauté LGBT. Il s'est longtemps battu pour empêcher les homosexuels d'avoir le droit de rejoindre l'armée et, lorsque cette interdiction a été levée par le congrès américain en 2011, il s’est assuré que les gays ne puissent pas servir pour la garde nationale de Virginie. "Je pense que c'est une distraction si, sur le champ de bataille, un soldat qui doit se concentrer sur l'ennemi sent le regard d'un autre mec posé lui", avait alors affirmé Robert Marshall.

Il s’est aussi opposé avec succès à la nomination en 2012 du premier juge de district gay en Virginie, soulignant à la tribune du parlement régional que "la sodomie n'est pas un droit civique".

Plus récemment, en 2015, ce conservateur ultracatholique a voulu faire voter une loi pour permettre aux hôtels, écoles, hôpitaux ou encore restaurants de ne pas accepter les personnes homosexuelles ou transgenres. Il a voulu faire de l'école un laboratoire pour son apartheid sexuel : il a essayé, et échoué, d’obliger les chefs d’établissement d’alerter les parents lorsqu’ils soupçonnaient un enfant d’avoir un comportement qui ne serait pas "aligné sur son sexe d’origine". Il a aussi voulu, en 2016, obliger les collèges de son district à forcer les étudiants transgenres à utiliser les toilettes correspondant à leur sexe de naissance.

Généreux donateurs

C'est donc tout naturellement qu'il s'est lancé dans la campagne électorale contre Danica Roem, en affirmant qu'il s'agissait d'un "combat pour préserver les lois de la nature". Il a toujours évoqué son adversaire au masculin alors que son changement de sexe est reconnu par la loi depuis 2014, et a refusé d’apparaître en public en sa présence. Robert Marshall a aussi financé une vidéo publicitaire critiquant les "choix de comportement" de Danica Roem et l’accusant de vouloir promouvoir "la culture transgenre auprès des enfants dès 5 ans".

Mais cette obsession pour le genre de la candidate démocrate a probablement joué en sa défaveur. Elle a donné à la bataille électorale un écho national qui a attiré des généreux donateurs de tout le pays pour soutenir Danica Roem. Plusieurs millionnaires et associations de défense des droits LGBT ont contribué au trésor de guerre de la candidate. La jeune novice en politique a ainsi réussi à lever trois fois plus d’argent que son très expérimenté adversaire. Danica Roem est aussi l’une des rares candidates au niveau local à avoir obtenu le soutien public de Joe Biden, l’ancien vice-président de Barack Obama.

Après plus de 25 ans en poste, Robert Marshall a donc chuté à cause de ce qui avait fait sa popularité : son homophobie. Danica Roem, quant à elle, a déclaré que son adversaire allait "probablement passer une mauvaise soirée en famille", et qu’il était temps de s'attaquer au vrai problème de son district : le trafic sur la Route 28.

Première publication : 08/11/2017

  • DROITS DE L'HOMME

    La France accueille le premier réfugié tchétchène homosexuel

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La parole raciste, antisémite et homophobe se libère depuis l'élection de Trump

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Gilbert Baker, le créateur du drapeau arc-en-ciel, symbole gay, est mort

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)