Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Affaire Benalla : l'Élysée au coeur de la tempête

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bianca Jagger : "Ortega a trahi la révolution sandiniste" au Nicaragua

En savoir plus

LE DÉBAT

Turquie : quelles libertés après l'état d'urgence ?

En savoir plus

POLITIQUE

Soupçons d'Ingérence russe : l'étrange volte-face de Donald Trump

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Pascal Pavageau : "Vous ne pouvez pas avoir raison tout seul, tout le temps"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Donald Trump : la volte-face

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Ant-man et la Guêpe" : un Marvel au féminin

En savoir plus

FOCUS

Espagne : dans l'enfer des exploitations de fraises

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ortega Basta"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 08/11/2017

"Le 10, Downing Street, une maison de fous ?"

© France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 8 novembre, les membres du gouvernement de Theresa May qui multiplient les faux-pas. L’état d’urgence de santé publique décrété à New Delhi, confrontée à un brouillard polluant d’une rare intensité. Aux Etats-Unis, des élections locales présentées comme une série de revers pour Trump. L’inauguration du Louvre d’Abou Dhabi. Et une bonne nouvelle pour les chauves.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

On commence cette revue de presse internationale à New Delhi. La capitale indienne fait face depuis deux jours à fait face à un brouillard polluant d'une rare intensité. L'Association médicale indienne a déclaré l'état «d'urgence de santé publique» et a invité les habitants à ne pas quitter leur domicile.

 

«Delhi, tu me tues», titre The Times of India, avec les photos d’habitants et de touristes s’aventurant dans les rues, les visages couverts de chiffon - une protection dérisoire contre la pollution, alors que les compteurs de la ville ont affiché des niveaux de particules ultra-fines, entre 300 et 650 microgrammes/m3, alors que l'OMS recommande de ne pas en dépasser 25. D’après le site DNA India, respirer l’air de New Delhi en ce moment, reviendrait à fumer plus de 50 cigarettes en une journée – ce qui a conduit les autorités à fermer les écoles primaires, hier, jusqu’à ce que la situation s’améliore, tandis que la faible visibilité a entraîné les retards de quelque 300 vols. A un moment où le monde discute de l'empreinte de l'homme sur la planète, et de son impact sur le changement climatique, à l’occasion de la COP23 qui se déroule actuellement en Allemagne, les mesures annoncées pour lutter contre la pollution de New Delhi semblent elles aussi assez dérisoires: augmentation des tarifs du stationnement, des transports en communs, ou encore réduction du prix des tickets de métro…

 

La lutte contre le changement climatique, dont Donald Trump dit vouloir désengager les Etats-Unis. Un an après son élection, le président américain vient de recevoir un avertissement qui, a contrario, redonne espoir à ses adversaires démocrates, remis dans la course par la victoire de deux de leurs candidats Ralph Northam et Phil Murphy, aux postes de gouverneur de Virginie et du New Jersey. The Richmond Times parle d’une «très grande nuit» pour les démocrates de Virginie, et d’une «répudiation énorme» à la fois de Donald Trump, de son approche, et du parti républicain qui l’a porté à la Maison-Blanche. Une analyse partagée par le site de la télé publique CNBC – qui présente ces scrutins comme des «référendums» sur Donald Trump, dont les résultats seraient synonymes d’un «retour de bâton pour Trump et le trumpisme», un signe encourageant, en tout cas, pour les démocrates, un an avant les mid-terms, ces élections de mi-mandat qui renouvelleront la Chambre des représentants et un tiers du Sénat.

Difficultés, également, des conservateurs au Royaume-Uni, où les membres du gouvernement de Theresa May multiplient les faux-pas. Une semaine après la démission du ministre de la Défense Michael Fallon, mis en cause pour des faits de harcèlement sexuel présumés, c’est au tour du très iconoclaste ministre des Affaires étrangères Boris Johnson et sa secrétaire chargée du Développement international, Priti Patel, de se retrouver dans l’œil du cyclone. Johnson, pour avoir mis en danger une citoyenne irano-britannique, en déclarant que Nazanin Zaghari-Ratcliffe, 38 ans, formait des journalistes en Iran lors de son arrestation en avril 2016, alimentant les accusations de Téhéran, alors que ses proches ont toujours affirmé qu'elle était en vacances, et Priti Patel, pour s’être entretenue, durant ses vacances privées cet été, avec de hauts-responsables israéliens – dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu – sans en avoir averti au préalable le Foreign Office. Leurs gaffes ulcèrent The Guardian, qui les présente tous deux comme des dirigeants à la fois «incompétents» et «indisciplinés», et malgré tout toujours en poste. Une situation perçue comme la manifestation du manque d’autorité de Theresa May sur son gouvernement, et de sa fragilité politique.

Un mot, également, de l’inauguration, aujourd’hui, du Louvre d’Abou Dhabi, en présence d’Emmanuel Macron. Le chef de l’Etat a d’ailleurs accordé sa première interview à un journal arabe, le quotidien émirati Al Ittihad, où il présente l’ouverture du musée comme le signe d’un «changement décisif dans les relations entre les EAU et la France». The Guardian, lui, s’est intéressé au bâtiment qui va accueillir le nouveau musée – une œuvre de l’architecte français Jean Nouvel, présentée comme «un palace spectaculaire qui brille dans le désert», un bâtiment qui tiendrait à la fois de la médina arabe et de l’agora grecque.

 

Tout autre chose, pour terminer. C’est le petit cadeau de la revue de presse, pour ceux qui souffrent de leur calvitie - en tout cas pour ceux d’entre eux qui ont l’intention de se rendre prochainement au Japon. Le très vénérable Times nous apprend ce matin qu’une chaîne d’hôtels japonaise a décidé d’offrir une petite ristourne à ses clients chauves, pour la simple et bonne raison que ses employés de ménage n’ont pas à nettoyer et enlever de cheveux après leur passage. Ce qui leur donne du coup moins de travail. Voilà qui devrait en consoler quelques-uns.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

19/07/2018 Florent RODO

"Ortega Basta"

Au menu de cette revue de presse du 19 juillet, les violences qui se poursuivent au Nicaragua, la polémique qui touche un collaborateur d'Emmanuel Macron, les récits d'agressions...

En savoir plus

18/07/2018 Sandrine GOMES

"Donald Troll"

Au cœur des débats dans la presse ce mercredi 18 juillet, les futures relations post-Brexit avec l'UE qui continuent de diviser le camp conservateur britannique de plus en plus...

En savoir plus

18/07/2018 Sandrine GOMES

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

À la une ce mercredi 18 juillet, la presse française s'interroge : "Comment entretenir la flamme" après la victoire au mondial de Russie, tandis que le gouvernement est au pied...

En savoir plus

17/07/2018 Sandrine GOMES

Retour triomphal des Bleus : "Une histoire de France"

À la une de la presse, mardi 17 juillet, le retour triomphal des Bleus après leur victoire au Mondial, acclamés à l'unisson car ils ont fait l'histoire. La joie du football...

En savoir plus

17/07/2018 Sandrine GOMES

Rencontre avec Poutine : la "trahison ouverte" de Trump

Les débats dans la presse s'intéressent ce mardi 17 juillet à la première rencontre bilatérale entre Donald Trump et Vladimir Poutine, lundi à Helsinki. Au vu de l'attitude du...

En savoir plus