Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason du système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Amériques

États-Unis : Roy Moore, candidat républicain accusé d'attouchements, lâché par son parti

© Mark Wilson, Getty Images North America/AFP | Roy Moore, 70 ans, marié et père de quatre enfants, a dénoncé des accusations "complètement fausses, une attaque politique désespérée".

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/11/2017

Roy Moore, le candidat ultra-conservateur de l'Alabama pour le Sénat américain, est accusé d'avoir tenté d'abuser d'une jeune fille de 14 ans en 1979. Ses collègues républicains lui demandent de se retirer, mais il nie les faits.

C'est un scandale dont le "Great Old Party" se serait bien passé. Des responsables et élus républicains ont appelé, jeudi 9 novembre, leur candidat au Sénat dans l'Alabama, le magistrat ultra-conservateur et héros de la droite religieuse Roy Moore, à se retirer de la course, après qu'il a été accusé d'attouchements sur une adolescente en 1979.

Leigh Corfman, âgée à l'époque de 14 ans, a raconté en détails au Washington Post comment Roy Moore, alors substitut du procureur de 32 ans, l'avait invitée et emmenée chez lui à plusieurs reprises. Lors du premier rendez-vous, il l'a embrassée, a-t-elle dit au journal. La deuxième fois, il lui a retiré son chemisier et son pantalon, et lui-même s'est déshabillé en sous-vêtements avant de la toucher à travers son soutien-gorge et ses sous-vêtements. Il aurait ensuite pris sa main pour tenter, en vain, de lui faire toucher son slip à lui. "Je n'étais pas prête pour ça, je n'avais jamais posé la main sur le pénis d'un homme, surtout en érection", a dit Leigh Corfman au Post.

Roy Moore, 70 ans, marié et père de quatre enfants, a dénoncé dans un communiqué des accusations "complètement fausses, une attaque politique désespérée". Son équipe a relégué l'article au rang de "fake news". Mais à un mois de l'élection sénatoriale de l'Alabama, le 12 décembre, les chefs républicains ne veulent prendre aucun risque, a fortiori avec un candidat auquel ils s'étaient opposés lors des primaires.

"Si ces allégations sont vraies, il doit se retirer", a déclaré le chef de la majorité sénatoriale, Mitch McConnell, tandis que de nombreux sénateurs républicains ont appelé le magistrat à se retirer sans attendre. "Il doit immédiatement se retirer et permettre aux habitants de l'Alabama d'élire un candidat dont ils sont fiers", a renchéri John McCain.

Plus possible de changer le nom du candidat

Les républicains sont généralement ultra-favoris dans l'Alabama, et Roy Moore était en tête des sondages contre le démocrate Doug Jones. La perte d'un siège républicain à la chambre haute du Congrès y réduirait à une seule voix la majorité républicaine (de 52 à 51 sièges sur 100).

Selon le Washington Post, il n'est plus possible légalement de changer le nom du candidat sur les bulletins de vote, mais le parti local a le pouvoir de disqualifier Roy Moore, et pourrait appeler ses électeurs à inscrire à la main le nom d'un autre candidat. Le remplaçant naturel serait Luther Strange, actuel sénateur battu aux primaires par Roy Moore. Mais cet ancien président de la Cour suprême de l'Alabama n'avait jeudi aucune intention de se retirer, défiant son parti.

Le Post a également obtenu le témoignage de trois autres femmes, âgées alors de 14 à 18 ans. Elles ont raconté au quotidien que Roy Moore, toujours trentenaire, leur avait fait la cour, et deux d'entre elles ont été embrassées par le républicain.

La majorité sexuelle était, comme aujourd'hui, de 16 ans, et les contacts avec Leigh Corfman seraient tombés sous le coup de la loi, passibles de prison. Mais la durée de prescription est de trois ans pour ce type de délits.

Avec AFP

Première publication : 10/11/2017

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : Danica Roem devient la première élue transgenre en battant un candidat homophobe

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Un an de Trump à la Maison Blanche : revers électoraux pour les républicains

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)