Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

En direct de Davos - Bertrand Badré : "L'heure est à l'optimisme, c'est là qu'il faut commencer à être prudent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Nous travaillons pour les GAFA, nous devons donc être rémunérés"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Inutile de se déclarer candidat avant le congrès, ce n'est pas un casting"

En savoir plus

FOCUS

Namibie : des communautés massacrées au début du 20e siècle demandent réparation à l’Allemagne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Dilma Rousseff : "Le procès de Lula est truffé d'erreurs"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mélanie Thierry bouleversante dans "La douleur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mike Pence, messianique devant la Knessset"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le 48ème forum de Davos ouvre ses portes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Merci qui? Merci François Hollande"

En savoir plus

Moyen-Orient

Purge anti-corruption en Arabie saoudite : plus de 200 arrestations

© Fayez Nureldine, AFP | Le prince héritier Mohammed ben Salmane a récemment annoncé des réformes choc en Arabie saoudite.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/11/2017

La purge anti-corruption en Arabie saoudite a mené à l'arrestation de plus de 200 personnes, a annoncé le royaume jeudi. Les malversations dont ces princes, ministres et hommes d'affaires sont accusés atteignent plus de 80 milliards d'euros.

Plus de 200 personnes ont été arrêtées en Arabie saoudite dans le cadre d'une purge anti-corruption sans précédent menée récemment dans le royaume, qui a notamment visé des princes, ministres et hommes d'affaires, ont indiqué jeudi 9 novembre les autorités saoudiennes.

"Un total de 208 personnes ont été convoquées pour interrogatoire jusqu'à présent. Sur ces 208 personnes, sept ont été relâchées sans être inculpées. L'ampleur potentielle des actes de corruption révélés est très grande", a indiqué le procureur général du royaume dans un communiqué. Les sommes concernées par ces malversations atteignent 100 milliards de dollars (86,1 milliards d'euros) "sur quelques dizaines d'années", selon la même source, qui parle d'une enquête sur trois ans.

Les autorités ont gelé les comptes bancaires des suspects et prévenu que tout actif qui serait lié à des affaires de corruption serait saisi au profit de l'État. Les personnalités arrêtées – et détenues dans un lieu non précisé par les autorités – vont être jugées devant un tribunal, avait indiqué lundi le procureur général.

Raisons politiques ?

Cette annonce intervient sur fond de réformes choc dans le royaume ultraconservateur sous l'impulsion du jeune prince héritier Mohammed ben Salmane. Elle survient aussi dans un climat de plus en plus tendu avec l'Iran et après la démission du Premier ministre libanais Saad Hariri – proche de Riyad –, un an après avoir formé un gouvernement avec le Hezbollah pro-iranien.

>> À lire aussi : Le Liban exige le retour de Saad Hariri, "retenu à Riyad"

Mais cette vague d'arrestations pourrait aussi faire partie d'une lutte pour le pouvoir, a souligné mercredi Human Rights Watch. Elle intervient en tout cas au moment où Mohammed ben Salmane consolide son pouvoir et tente d'introduire des réformes économiques et sociales inédites. Contrôlant les principaux leviers du gouvernement, de la défense à l'économie, le jeune prince héritier semble chercher à étouffer les contestations internes avant tout transfert formel du pouvoir par son père, le roi Salmane, âgé de 81 ans.

>> À voir aussi : Vidéo : le CV de Mohammed ben Salmane, l'ambitieux prince saoudien

Avec AFP

Première publication : 10/11/2017

  • ARABIE SAOUDITE

    Tensions entre l’Arabie saoudite et l’Iran : Macron en visite surprise à Riyad

    En savoir plus

  • MOYEN-ORIENT

    La situation s'envenime au Yémen, théâtre de la rivalité Iran-Arabie saoudite

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane accuse l'Iran d'"agression directe"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)