Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 10/11/2017

Fripes-business : au cœur du circuit international des vêtements usagés

© Capture d'écran France 24

Nos reporters se sont intéressés au devenir des vêtements rejetés par les Occidentaux. Pendant plusieurs mois, ils ont suivi le circuit des vêtements usagés, de la collecte initiale à la revente sur les marchés de fripes, en passant par la France, l’Italie, la Tunisie et le Sénégal. Un commerce juteux qui représente plusieurs milliards d’euros.

En Occident, on consomme quatre fois plus de vêtements qu’il y a 30 ans, selon une étude de l’Université de Cambridge. Et on s’en débarrasse toujours plus vite, parfois au bout de quelques mois seulement... Les rebus textiles pèseraient ainsi 8 millions de tonnes par an, soit l’équivalent de 50 milliards de t-shirt, selon une autre étude menée par la société française RecyTextile avec une équipe d'analystes et de chercheurs. Le plus souvent, les propriétaires lassés de leurs vêtements les déposent dans l’une de ces bennes de récupération qui ont poussé comme des champignons dans les rues des grandes villes, persuadés qu’ils profiteront à une personne dans le besoin. Erreur : seuls 2% des vêtements collectés seront effectivement donnés. Le reste sera revendu, parfois dans le pays même, mais le plus souvent à des milliers de kilomètres de là.

Un juteux business qui pèserait 5 milliards d’euros au bas mot, selon nos  estimations, réalisées à partir d'études de chercheurs et de chiffres de l'UN Comtrade. Pour remonter le parcours de la fripe, nous avons rencontré tous les acteurs du circuit, des petites mains aux grands patrons.

>> À voir aussi sur France 24 : Les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

Notre périple démarre en Lombardie, au Nord de l’Italie, auprès des employés d’un réseau chargé de collecter les vêtements dont les Italiens ne veulent plus. L’un d’entre eux, Khalid, placarde sur les maisons des appels au don frappés du sigle d’une association catholique reconnue, le Gruppo Volontari Onlus, gage de sérieux qui incite à la générosité. Mais ce n’est pas cette dernière qui gère les opérations : elle ne fait que vendre son nom au réseau de collecte lombard.

C’est ensuite dans l'usine de la société STIFE, fondée en Tunisie par Chokri Chniti, qu’atterrit la récolte italienne, après avoir traversé la Méditerranée par containers. Sur place, 1 000 ouvrières sont chargées de trier les vêtements selon leur type et leur qualité. Une partie est commercialisée directement sur les marchés tunisiens, où l'on est friand de fripes. Certains en sont même passionnés, comme le styliste tunisien Salah Barka ou le collectionneur de fripes Moez.

L’usine réexporte aussi "la crème", certains vêtements de marques, vers l’Europe, où ils seront vendus dans des boutiques "chic et fashion", comme celle de Jacky, dans le 20e arrondissement de Paris.

Enfin, le reste est expédié vers des pays en développement, principalement en Afrique subsaharienne, comme au Sénégal, où nous avons rencontré Othmane, vendeur de fripes dans un "louma", un marché mobile de Dakar, ou encore dans le petit village de Sita Wulin Yéra, au plus profond de la campagne. Ironie du sort : on y plante aussi du coton. La boucle de la chaîne mondiale du textile est bouclée.

Par Sandro LUTYENS , Hamdi TLILI

Les archives

23/02/2018 Amériques

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

Les élèves rescapés de la fusillade du lycée de Parkland, en Floride, ont lancé un mouvement pour tenter de faire évoluer les lois sur la possession d'armes à feu aux États-Unis....

En savoir plus

15/02/2018 Afrique

Au Malawi, la violente "initiation sexuelle" des jeunes filles par les "hyènes"

Dans le sud du Malawi existe un rituel initiatique violent : les jeunes filles qui atteignent la puberté doivent avoir des relations sexuelles forcées avec une "hyène", un homme...

En savoir plus

09/02/2018 Asie - pacifique

Chine : sur la trace des disparus du pouvoir

En Chine, tous les moyens sont bons pour mettre au pas la société civile. Pressions, arrestations et même disparitions : depuis l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping, des opposants...

En savoir plus

08/12/2017 Migrants

Libye-Italie : les migrants pris entre deux feux

Ces derniers mois, les migrants sont moins nombreux à tenter de traverser la Méditerranée, découragés par les nouvelles politiques italienne et libyenne. Emprisonnés, torturés,...

En savoir plus

01/02/2018 EUROPE

Vidéo : avec des migrants guinéens, à l'épreuve des Alpes

Depuis quelques temps, des groupes de migrants se lancent régulièrement à l'assaut du col de l'Échelle, qui culmine à 1 762 mètres d'altitude dans les Hautes-Alpes, pour tenter...

En savoir plus