Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Ce n'est pas le moment de fantasmer sur le dégel intercoréen"

En savoir plus

L’invité du jour

"La plupart du temps, les bibliothèques ne sont pas là où les gens ont le plus besoin d’elles"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grève chez Air France : l'arme du référendum

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Amical mais critique, Emmanuel Macron séduit le Congrès"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions à Madagascar : l'opposition demande la destitution du président

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux États-Unis : le statu quo diplomatique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

Afrique

Togo : forte mobilisation à Lomé contre le président Faure Gnassingbé

© Capture d'écran France 24, DR | Les manifestants pour le départ du président Faure Gnassingbé, dans les rues de Lomé, jeudi 9 novembre.

Vidéo par Emmanuelle SODJI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/11/2017

Pour la troisième journée consécutive, des milliers de manifestants ont défilé, jeudi, dans les rues de la capitale togolaise à l'appel de l'opposition. Ils réclament depuis deux mois le départ du président Faure Gnassingbé.

La contestation ne faiblit pas au Togo. Jeudi 9 novembre, pour la troisième journée consécutive, des milliers de manifestants sont descendus dans les rues de la capitale Lomé pour réclamer le départ du président Faure Gnassingbé, héritier d'une famille au pouvoir depuis plus de 50 ans. "La mobilisation (a été) record", a constaté la correspondante de France 24, Emmanuelle Sodji.

"Nous sommes décidés à en finir avec ce régime qui a trop duré et qui ne veut pas laisser la place à d'autres personnes", a déclaré à l'AFP Kodjovi, un couturier qui a fermé son atelier depuis mardi pour pouvoir manifester. "Je sortirai chaque fois qu'il y aura marche", affirme-t-il.

>> À lire : Togo : Tikpi Atchadam, l’homme qui rêvait de faire tomber le président Gnassingbé

La mobilisation a été lancée par une coalition de 14 partis de l'opposition fin août, avec des marches organisées presque chaque semaine qui rassemblent les foules dans la capitale, mais aussi à travers tout le pays, et notamment dans les régions du nord, longtemps réputées acquises au pouvoir.

"Une impasse"

Les manifestants demandent une limitation du nombre de mandats présidentiels à deux et la démission de Faure Gnassingbé, qui a succédé à son père décédé en 2005 avec le soutien de l'armée, avant d'être réélu en 2010 et en 2015 au terme de scrutins très contestés par l'opposition.

Le gouvernement a promis d'organiser un référendum pour faire adopter une réforme prévoyant notamment cette limitation des mandats présidentiels, mais la mesure n'est pas rétroactive, permettant ainsi à Faure Gnassingbé de se présenter aux scrutins de 2020 et de 2025.

Après presque trois mois de crise politique, la situation "semble dans l'impasse", estime Comi Toulabor, directeur de recherche au LAM (Les Afriques dans le Monde) à Sciences-Po Bordeaux, en France.

Avec AFP

Première publication : 10/11/2017

  • TOGO

    Togo : des milliers de manifestants à Lomé contre le président Gnassingbé

    En savoir plus

  • TOGO

    Togo : des affrontements entre policiers et manifestants font plusieurs morts

    En savoir plus

  • TOGO

    Togo : affrontements meurtriers après l'arrestation d'un imam proche de l'opposition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)