Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

FRANCE

Opération antiterroriste franco-suisse : huit suspects mis en examen

© AFP (illustration) | Sur les huit individus, sept ont été placés en détention provisoire et un autre a été mis sous contrôle judiciaire.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/11/2017

Huit hommes tenant des propos violents sur la messagerie cryptée Telegram, prisée des jihadistes, ont été mis en examen vendredi soir. Sept d'entre eux ont été placés en détention provisoire.

Huit personnes arrêtées en France en début de semaine lors d'une opération antiterroriste franco-suisse ont été mises en examen vendredi soir pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle", a-t-on appris samedi 11 novembre de source judiciaire. Une neuvième personne a été relâchée.

Sur les huit individus, sept ont été placés en détention provisoire et un autre a été mis sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet.

"Volonté de commettre une action violente"

Au total, dix personnes âgées de 18 à 65 ans avaient été interpellées mardi matin et placées en garde à vue - neuf en France et une en Suisse - à la suite d'opérations menées dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en juillet.

"Les investigations ont mis en évidence l'existence d'un groupe d'individus, dont certains se disent explicitement partisans du groupe État islamique, qui partageaient la volonté de commettre une action violente sur le territoire français", avait indiqué vendredi une source judiciaire. "Les nombreux et inquiétants échanges qu'ils nourrissaient, n'ont pas permis, à ce stade, de caractériser l'existence d'un projet abouti et d'un passage à l'acte planifié."

Mercredi, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, avait précisé que ces supects étaient "des jeunes pour la plupart qui avaient été endoctrinés par un prétendu imam". Les investigations ont permis d'identifier et d'arrêter en France cet "imam", un Suisse de 27 ans, qui avait une activité particulièrement soutenue sur la messagerie cryptée Telegram.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 11/11/2017

  • FRANCE

    France : la mère d'un jihadiste condamnée à deux ans de prison pour financement du terrorisme

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Macron aux ambassadeurs : "La lutte contre le terrorisme islamiste", priorité de la diplomatie française

    En savoir plus

  • FRANCE

    Antiterrorisme : "Le dispositif Sentinelle est nécessairement imparfait"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)