Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

FRANCE

Opération antiterroriste franco-suisse : huit suspects mis en examen

© AFP (illustration) | Sur les huit individus, sept ont été placés en détention provisoire et un autre a été mis sous contrôle judiciaire.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/11/2017

Huit hommes tenant des propos violents sur la messagerie cryptée Telegram, prisée des jihadistes, ont été mis en examen vendredi soir. Sept d'entre eux ont été placés en détention provisoire.

Huit personnes arrêtées en France en début de semaine lors d'une opération antiterroriste franco-suisse ont été mises en examen vendredi soir pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle", a-t-on appris samedi 11 novembre de source judiciaire. Une neuvième personne a été relâchée.

Sur les huit individus, sept ont été placés en détention provisoire et un autre a été mis sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet.

"Volonté de commettre une action violente"

Au total, dix personnes âgées de 18 à 65 ans avaient été interpellées mardi matin et placées en garde à vue - neuf en France et une en Suisse - à la suite d'opérations menées dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en juillet.

"Les investigations ont mis en évidence l'existence d'un groupe d'individus, dont certains se disent explicitement partisans du groupe État islamique, qui partageaient la volonté de commettre une action violente sur le territoire français", avait indiqué vendredi une source judiciaire. "Les nombreux et inquiétants échanges qu'ils nourrissaient, n'ont pas permis, à ce stade, de caractériser l'existence d'un projet abouti et d'un passage à l'acte planifié."

Mercredi, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, avait précisé que ces supects étaient "des jeunes pour la plupart qui avaient été endoctrinés par un prétendu imam". Les investigations ont permis d'identifier et d'arrêter en France cet "imam", un Suisse de 27 ans, qui avait une activité particulièrement soutenue sur la messagerie cryptée Telegram.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 11/11/2017

  • FRANCE

    France : la mère d'un jihadiste condamnée à deux ans de prison pour financement du terrorisme

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Macron aux ambassadeurs : "La lutte contre le terrorisme islamiste", priorité de la diplomatie française

    En savoir plus

  • FRANCE

    Antiterrorisme : "Le dispositif Sentinelle est nécessairement imparfait"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)