Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Etranger résident" : Marin Karmitz dévoile sa collection de photographies

En savoir plus

Amical: le Brésil de Neymar sans solution face à la jeune Angleterre

© AFP | L'attaquant brésilien Neymar lors d'un match amical face l'Angleterre, le 14 novembre 2017 à Wembley

WEMBLEY (ROYAUME-UNI) (AFP) - 

Les artistes n'ont pas renversé la jeunesse: le Brésil et l'Angleterre ont fait match nul mardi en amical à Wembley (0-0), au terme d'une rencontre très engagée, dominée par une Seleçao qui n'a pas fait rêver, dans le sillage d'un Neymar maladroit.

Les magiciens brésiliens avaient envoyé un signal fort à tous les autres favoris pour le Mondial-2018, surclassant le Japon (3-1) vendredi à Villeneuve-d'Ascq. Ils ont manqué l'occasion de confirmer à Londres.

Les Anglais, eux, ont fait ce qu'ils ont pu, dans la continuité de leur prestation encourageante contre l'Allemagne vendredi (0-0). S'ils ont pas soulevé les foules, ils n'ont cette fois pas été moqués par Wembley.

Le Brésil avait été la première nation à valider son billet pour la Russie sur le terrain, au mois de mars. Intelligente, créative, solide en défense, l'équipe de Tite a impressionné, terminant les qualifications sud-américaines largement en tête, avec dix points de plus que l'Uruguay (2e).

Malgré tout, l'équipe-type de Tite n'a que très peu joué ensemble, même pas le temps d'une période complète. Et contre l'Angleterre, jeune mais solide, elle avait l'occasion de gagner en cohésion.

Mais, à Wembley comme partout ailleurs, celui dont on attendait le plus, c'est évidemment Neymar. Encore plus sous le feu des projecteurs depuis sa sortie larmoyante après le succès contre le Japon...

Alors que l'ancien Barcelonais fait face à des interrogations sur son adaptation à la vie parisienne, "Ney" devait répondre sur le terrain et faire taire ceux qui "créent des histoires".

Si le joueur le plus cher du monde n'a pas démérité, il a été incroyablement maladroit dans le dernier geste, donnant l'impression de parfois se débarrasser du ballon, à l'image de ses deux retours intérieurs, conclus inévitablement par une frappe dans les tribunes (11, 28) ou de cette contre-attaque supersonique gâchée (70).

- Quelques éclairs -

Reste que malgré la présence des Coutinho, Jesus et Neymar, c'est le Brésil tout entier qui a affiché un manque de précision à l'approche de la surface.

Seuls quelques éclairs d'imagination ont illuminé le match, à l'image de ces petites combinaisons à une touche de balle du trio Neymar-Paulinho-Jesus (7, 73) ou des talonnades judicieuses de Marcelo pour lancer Neymar le long de la touche.

Les Brésiliens ont brillé ailleurs. Durs à l'image des tacles de Casemiro, n'abandonnant pas malgré les coups comme le capitaine Dani Alves, ils ont offert une prestation d'une très grande intensité, étouffant les Anglais. Mais, ils se sont trop vite débarrassé du ballon en tentant leur chance de loin immédiatement le ballon récupéré, comme Paulinho (19) ou Fernandinho (76).

Les entrées de Willian (pour Coutinho, 68) et Firmino (pour Jesus, 76) ont bien redynamisé les Auriverde, mais la défense anglaise et Hart ont tenu.

Incapables ou presque de sortir de leur moitié de terrain, les "Trois Lions" ont connu une soirée pénible. Gareth Southgate avait réclamé de l'"intrépidité" avec le ballon. Ils ne l'ont jamais vraiment eu suffisamment longtemps.

Si plusieurs postes restent ouverts avant le Mondial-2018 dans cette équipe volontairement rajeunie, Southgate n'a pas dû avoir beaucoup de réponses.

La bataille pour le milieu n'a pas vraiment livré de gagnants. Loftus-Cheek, encourageant contre la Mannschaft, a pris un coup et est sorti après une grosse demi-heure de jeu... Seul Dier, sacré capitaine, semble être sorti indiscutable après une performance rassurante.

Southgate a sacré 14 nouveaux internationaux en 14 matches à la tête de l'Angleterre. Il lui en reste quatre pour trouver sa formule magique.

© 2017 AFP