Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Egypte : 235 morts dans l'attaque d'une mosquée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'interview de Mohammed Ben Salmane au New York Times crée la polémique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat dans le Sinaï en Egypte : au moins 235 morts dans l'attaque

En savoir plus

TECH 24

Energy Observer, le premier catamaran propulsé à l'hydrogène

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ibrahim Maalouf : "Je me sens proche du côté nomade de Dalida"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : en Syrie, avec les combattants occidentaux qui ont rejoint les YPG

En savoir plus

FOCUS

Violences sexuelles : les femmes décidées à ne plus se taire

En savoir plus

MODE

Azzedine Alaïa, disparition d'un géant

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec Trump, la fin du rêve américain pour les musulmans ?

En savoir plus

Des jihadistes étrangers ont pu s'échapper de Raqa (coalition)

© Raqa Media Center/AFP/Archives | Des femmes en niqab dans la ville syrienne de Raqa en 2014, alors occupée par le groupe Etat islamique

WASHINGTON (AFP) - 

Il est "possible" que des jihadistes étrangers du mouvement Etat islamique (EI) aient pu s'échapper de Raqa juste avant sa chute, a admis mardi la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, après la publication d'un reportage de la BBC.

Juste avant la chute de cette ville syrienne dont l'EI avait fait la capitale de son "califat", un convoi présenté comme transportant plus de 3.000 civils avait quitté Raqa le 14 octobre, à la faveur d'un accord négocié avec le "Conseil civil", une administration locale mise en place par les combattants antijihadistes kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par la coalition.

La coalition avait alors affirmé avoir reçu l'assurance des FDS que les combattants étrangers de l'EI ne pourraient pas quitter la ville.

Mais dans un reportage publié lundi, la BBC a rapporté les propos de plusieurs chauffeurs des véhicules du convoi, qui ont raconté avoir transporté plusieurs centaines de combattants lourdement armés, notamment des étrangers. Selon la BBC, plusieurs d'entre eux auraient réussi à passer en Turquie pour y préparer des attentats en Europe.

Interrogé mardi à ce sujet lors d'une téléconférence au Pentagone, le porte-parole de la coalition, le colonel Ryan Dillon, a reconnu que "sur les 3.500 civils qui ont quitté Raqa à ce moment-là, moins de 300 ont été identifié comme de possibles combattants de l'EI".

L'accord avec les FDS était que les photos et les empreintes digitales de tous les hommes en âge de combattre seraient vérifiées pour éviter que des jihadistes connus puissent s'échapper, a ajouté le colonel Dillon. Mais "je ne peux pas dire avec 100% de certitude que chaque combattant ait été identifié à son départ de Raqa", a-t-il ajouté.

"Que certains de ces combattants aient pu évoluer parmi les civils ou se faire passer pour un affilié local à l'EI, c'est possible", a précisé le porte-parole.

Lorsque le convoi est parti de Raqa, il a été surveillé par les drones de la coalition, mais il a été décidé de ne pas le bombarder en raison de la présence de ces 3.000 civils, a-t-il expliqué.

L'EI a perdu Raqa le 17 octobre après de longs mois de combats contre les FDS. Maîtres d'un vaste territoire en Syrie et en Irak il y a encore quelque mois, les jihadistes sont désormais acculés dans une zone de l'ouest de l'Irak et de l'est de la Syrie qui est la cible de différentes offensives des deux côtés de la frontière.

© 2017 AFP