Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin qui ne fait pas l'unanimité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Sénat argentin rejette la légalisation de l'avortement

En savoir plus

LE DÉBAT

Proche-Orient : un nouvel affrontement est-il imminent entre Israël et le Hamas ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Le Kurdistan accepte l'interdiction juridique de proclamer son indépendance

© Safin Hamed, AFP | Le Premier ministre du kurdistan irakien, Nechirvan Barzani, lors d'une conférence de presse le 13 novembre 2017 à Erbil.

Vidéo par Oriane VERDIER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/11/2017

Le gouvernement régional du Kurdistan irakien a annoncé, mardi, qu'il respectera la décision de la justice fédérale irakienne sur l'unité de l'Irak et l'interdiction de la sécession de la région autonome.

Un peu moins de deux mois après le réferendum sur l’indépendance du Kurdistan, le gouvernement régional du Kurdistan irakien (GRK) a annoncé, mardi 14 novembre, qu'il respecterait la décision de la justice fédérale irakienne interdisant la sécession de la région autonome.

"Nous avons toujours insisté sur la recherche de solutions aux conflits entre les autorités fédérales et la région du Kurdistan par des moyens constitutionnels et légaux, et sur notre position connue qui accueille toutes les initiatives pertinentes (...), en ce qui concerne le règlement des différends sur la base de la Constitution, nous respectons l'interprétation de la Cour suprême fédérale du premier article de la Constitution irakienne", déclare le GRK dans un communiqué.

Et d'ajouter : "Nous pensons que cette décision doit devenir le point de départ d'un dialogue national ouvert entre Erbil et Bagdad pour résoudre tous les différends."

Deux mois de tensions

La Cour fédérale suprême a estimé, le 6 novembre dernier, qu'aucune région ou province ne pouvait faire sécession. Elle avait été saisie par le gouvernement central qui lui demandait de mettre fin à une "interprétation erronée" de la Constitution et de réaffirmer l'unité de l'Irak.

"Il s'agit d'un rétropédalage annoncé, précise Oriane Verdier, correspondante de France 24 à Erbil. Aujourd'hui, le gouvernement kurde reconnaît la décision de la justice fédérale, et c'est une manière pour lui de rappeler que cette même Constitution demande l'organisation d'un référendum pour savoir quelle autorité sera en charge de la ville disputée de Kirkouk".

>> À lire : Le pari perdu de Massoud Barzani

Le 25 septembre dernier, le leader kurde Massoud Barzani avait organisé un référendum d’indépendance. Ce vote avait déclenché une crise sans précédent entre Erbil et Bagdad.

Aussitôt après les résultats, le gouvernement central irakien avait envoyé ses troupes reprendre le contrôle de toutes les zones situées hors de la région autonome, comme Kirkouk, et dont les combattants kurdes avaient pris le contrôle depuis 2003. En quelques jours, la quasi-totalité de ces territoires sont repassés aux mains de Bagdad.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 14/11/2017

  • IRAK

    L'armée irakienne suspend ses opérations militaires contre les Kurdes pendant 24 heures

    En savoir plus

  • IRAK

    Kurdistan irakien : les mauvais calculs de Massoud Barzani

    En savoir plus

  • IRAK

    Massoud Barzani renonce à la présidence du Kurdistan irakien pour apaiser les tensions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)