Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : Jacobin ou girondin?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seal : "C’est un honneur pour moi de chanter des classiques du jazz"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : une ouverture au tourisme sans danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 1)

En savoir plus

Russie: la loi de riposte sur les médias étrangers votée mercredi

© AFP/Archives | Des députés arrivent à la Douma, chambre basse du Parlement russe à Moscou, le 5 octobre 2016.

MOSCOU (AFP) - 

Les députés russes doivent voter mercredi une loi permettant aux médias internationaux opérant dans le pays d'être désignés comme "agents de l'étranger", riposte à l'enregistrement sous cette désignation de sa chaîne RT aux Etats-Unis, a indiqué mardi un responsable parlementaire.

Formellement, les députés amenderont une loi datant de 2012, qui ne concernait jusqu'à présent que les ONG, pour qu'elle inclut également les médias qui "reçoivent un financement ou un soutien de la part d'institutions ou d'entreprises étrangères, ou d'entreprises russes bénéficiant d'un financement étranger", a expliqué le vice-président de la Douma, la chambre basse du Parlement russe, Piotr Tolstoï.

Le texte de loi ne comportera aucune "liste noire" de médias étrangers. La décision de déterminer quels médias, américains ou d'autres pays, devront s'enregistrer en tant qu'"agent de l'étranger" revenant au ministère russe de la Justice, a-t-il précisé via les agences russes.

Ces amendements seront adoptés en deuxième et troisième lecture mercredi, selon M. Tolstoï. Il seront alors envoyés au Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement, pour être validés, ce qui relève généralement de la formalité. Enfin, Vladimir Poutine devra les promulguer.

La loi de 2012 sur les "agents de l'étranger" oblige les organisations non gouvernementales bénéficiant d'un financement de l'étranger et ayant une "activité politique" - une formule aux contours flous - à s'enregistrer sous cette dénomination controversée, qui rappelle celle utilisée sous l'URSS pour qualifier les dissidents.

Une autre loi, votée en 2015 et qui complète la première, permet de qualifier d'"indésirables" des organisations étrangères actives en Russie. Elles peuvent ensuite être interdites, qu'il s'agisse d'ONG, de fondations ou d'entreprises.

Plusieurs ONG ont dû renoncer, depuis l'adoption de ces deux lois en Russie, à un financement étranger qui leur était indispensable, tandis que d'autres ont cessé leurs activités.

La chaîne de télévision RT, contrôlée par l'Etat russe, a annoncé lundi s'être pliée aux exigences des autorités américaines en se soumettant à la loi dite FARA (Foreign agents registration act), qui oblige toute société représentant un pays ou une organisation étrangère à rendre régulièrement des comptes aux autorités américaines concernant ses relations avec cet Etat ou cette institution sous peine de voir ses comptes gelés.

Ces exigences avaient provoqué la colère de Moscou, le président Vladimir Poutine dénonçant une "attaque contre la liberté d'expression" qui appellerait une "riposte adéquate et similaire".

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a averti mardi que les représailles russes seraient "rapides et réciproques".

© 2017 AFP