Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le président élu, George Weah prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Trump, un an après : derrière l'euphorie, une économie fragile ?

En savoir plus

#ActuElles

#MeToo : la France entre exception culturelle et changement de génération

En savoir plus

Syrie: plus de 60 morts dans des raids aériens sur un marché (nouveau bilan)

© AFP | Des habitants de la localité syrienne d'Atareb cherchent dans les décombres d'un immeuble des survivants des raids ayant fait plus de 60 morts le 13 novembre 2017.

BEYROUTH (AFP) - 

Les raids aériens sur un marché d'une localité rebelle dans une "zone de désescalade" du nord de la Syrie ont fait 61 morts, essentiellement des civils, selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) publié mardi, au lendemain des frappes.

L'ONG, qui dispose d'un vaste réseau de correspondants en Syrie, n'était pas en mesure de préciser si ces frappes aériennes avaient été menées lundi par des avions du régime du président Bachar al-Assad ou de son allié russe dans la ville d'Atareb.

Les sources sur lesquelles se base l'OSDH identifient les auteurs des frappes en fonction du type d'avion, de leur localisation et des munitions utilisées.

Atareb, située dans l'ouest de la province d'Alep et contrôlée par différents groupes rebelles, a été lundi la cible de trois frappes aériennes, a précisé l'Observatoire, malgré une "zone de désescalade" en place dans la région.

Le bilan n'a fait que croître depuis les raids, des blessés ayant succombé, dans une zone où les services de santé sont limités.

"Nombre de blessés sont décédés, portant le bilan à 61 morts, dont cinq enfants et trois policiers", a indiqué l'OSDH mardi. Le bilan précédent de l'Observatoire était de 53 morts.

Après ces raids, un photographe collaborant avec l'AFP a fait état de scènes de panique parmi les habitants tentant d'évacuer les blessés. Les destructions sont massives, avec des décombres de bâtiments jonchant les rues, a-t-il rapporté.

Atareb se trouve dans l'ouest de la province d'Alep (nord), dans une région faisant partie d'une "zone de désescalade", parmi les quatre instaurées à travers la Syrie, où des cessez-le-feu sont en principe observés entre les forces du régime et les rebelles.

Les "zones de désescalade" ont été négociées par les parrains internationaux des belligérants pour dessiner l'ébauche d'une solution durable au conflit.

© 2017 AFP