Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

Culture

Décès de Françoise Héritier, grande figure de l'anthropologie française

© AFP | L'anthropologue française Françoise Héritier est décédée à l'âge de 84 ans.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/11/2017

Professeur honoraire au Collège de France, l'anthropologue Françoise Héritier est morte à 84 ans. Ses travaux sur la construction de la hiérarchie entre les sexes ont abondamment nourri le militantisme féministe.

Grande figure de l'anthropologie française, Françoise Héritier est morte à l'âge de 84 ans, a-t-on appris mercredi 15 novembre auprès de son éditrice Odile Jacob.

"Amour des mots" et "goût de vivre"

Professeur honoraire au Collège de France où elle a succédé à Claude Lévi-Strauss, elle avait inauguré la chaire "d'étude comparée des sociétés africaines". Elle a également dirigé le Laboratoire d'anthropologie sociale, travaillant toute sa vie sur la construction de la hiérarchie entre le masculin et le féminin.

>> Voir l'entretien de Françoise Héritier à France 24

Elle a été membre du Conseil consultatif national d'éthique et présidente du Conseil national du sida. Le jury, exclusivement féminin, du prix Femina lui avait remis la semaine dernière un prix spécial pour l'ensemble de son œuvre. Elle venait de publier "Au gré des jours", où elle se confiait et faisait partager, selon son éditeur, "son amour des mots et son goût de vivre".

Peu après l'annonce de sa mort, de nombreuses personnalités politiques ont rendu hommage à la chercheuse dont les travaux ont abondamment nourri le militantisme féministe.

Avec AFP

Première publication : 15/11/2017

COMMENTAIRE(S)