Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : Jacobin ou girondin?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seal : "C’est un honneur pour moi de chanter des classiques du jazz"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : une ouverture au tourisme sans danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 1)

En savoir plus

Afrique

Zimbabwe : l'armée dit avoir pris le pouvoir contre des "criminels", Mugabe assigné à résidence

© Jekesai Njikizana, AFP | Un transport de troupes de l'armée zimbabwéenne dans les rues de la capitale Harare, le 15 novembre 2017 au matin.

Vidéo par Julien CHEHIDA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/11/2017

L'armée du Zimbabwe a pris le contrôle de la radio-télévision d'État et bloque les accès aux principales institutions d'Harare. Les officiers refusent toutefois de parler d'un coup d'État et assurent que le président Mugabe est sain et sauf.

L'armée du Zimbabwe a affirmé, mercredi 15 novembre, avoir pris le pouvoir dans le pays dans le cadre d'une action ciblée visant des "criminels" entourant le président Robert Mugabe, assurant que le dirigeant de 93 ans ainsi que sa famille étaient "sains et saufs". Lors d'une déclaration lue dans la nuit à la télévision nationale, des officiers ont toutefois démenti qu'il s'agissait d'un putsch.

"Ce n'est pas un coup d'État militaire contre le gouvernement", a déclaré un général qui lisait ce message. "Nous assurons à la Nation que son Excellence le président [...] et sa famille sont sains et saufs et que leur sécurité est garantie", a-t-il ajouté.

Le président sud-africain, Jacob Zuma, a indiqué via un communiqué avoir pu s'entretenir avec son homologue zimbabwéen, qui lui a dit aller bien et être assigné à résidence.

Confusion au Zimbabwe : "un coup d'État pour protéger ou isoler Mugabe ?"

Plus tôt dans la matinée, plusieurs fortes explosions ont été entendues dans le centre de la capitale Harare, à proximité de la résidence présidentielle. Des soldats ont également pris le contrôle du siège de la ZBC, le groupe de radio-télévision public du pays, donnant l'ordre aux employés, dont plusieurs ont été rudoyés, de quitter les lieux, ont dit des membres du personnel du diffuseur et des militants des droits de l'Homme.

Des blindés de l'armée contrôlent les accès au Parlement, au siège de la Zanu-PF, le parti au pouvoir, ainsi qu'aux bureaux où le président Robert Mugabe réunit son gouvernement, a constaté un journaliste de l'AFP.

>> À lire : Grace Mugabe, la Première dame qui se rêve présidente

"On a appris que trois ministres sont détenus, dont celui des Finances et celui de l'Éducation, rapporte Caroline Dumay, correspondate de France 24 en Afrique du Sud. Il s'agit de trois ministres très proches de Robert Mugabe." Le ministre des Finances, Ignatius Chombo, est un membre de premier plan de la "Génération 40 (G40)", une frange plus jeune de membres de la Zanu-PF, emmenée par la femme du président, Grace Mugabe, qui entend succéder à son mari.

"Le Zimbabwe et la Zanu n'appatienne ni à Mugabe ni à son épouse"

Les tensions politiques sont très vives dans le pays depuis la décision, la semaine dernière, du président Mugabe de révoquer son vice-président Emmerson Mnangagwa, longtemps pressenti comme son dauphin. Lundi, le chef d'état-major de l'armée, le général Constantino Chiwenga, avait adressé un avertissement sans précédent à la Zanu-PF, pour dénoncer cette éviction. Avertissement qui avait conduit le parti à accuser Constantino Chiwenga de "trahison".

Retour sur la crise politique au Zimbabwe

De son côté, la formation d'opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) a appelé à un retour pacifique à la démocratie constitutionnelle. Dans son communiqué, le parti fondé par Morgan Tsvangirai dit espérer que l'intervention militaire débouche sur "l'établissement d'un
État-nation stable, démocratique et progressiste".

En Afrique du Sud voisine, Jacob Zuma s'est prononcé contre tout changement de régime "inconstitutionnel" au Zimbabwe. "Très préoccupé", le chef de l'État sud-africain a exhorté les autorités et l'armée du pays à "résoudre amicalement l'impasse politique" actuelle. En tant que président de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), Jacob Zuma a annoncé qu'il dépêchait deux envoyés spéciaux à Harare.

L'Union européenne "préoccupée"

L'Union européenne s'est dit préoccupée par la situation au Zimbabwe et a appelé au "dialogue" en vue d'une "résolution pacifique", par la voix d'une porte-parole des services extérieurs de l'UE.  "Nous appelons toutes les parties concernées à passer de la confrontation au dialogue avec pour objectif une résolution pacifique", a déclaré cette porte-parole, Catherine Ray.

Même son de cloche à Paris, où la porte-parole du ministère français des
Affaires étrangères a appelé au "respect des aspirations légitimes du peuple zimbabwéen". "Nous encourageons toutes les parties à rechercher une solution dans ce cadre et sans violences", a fait savoir le Quai d'Orsay.

L'ambassade de France a adressé, quant à elle, des consignes de sécurité aux ressortissants français résidant dans le pays ou de passage. Par mesure de précaution, l’école française a été fermée mercredi à Harare. Le gouvernement britannique a lui aussi recommandé à ses ressortissants présents à Harare de rester chez eux jusqu'à ce que la situation politique se clarifie. L'ambassadeur des États-Unis au Zimbabwe avait pour sa part ordonné à tous les employés de l'ambassade de rester chez eux ce mercredi en raison des "incertitudes politiques en cours".

L'ambassade américaine à Harare annonce qu'elle sera fermée au public mercredi

Avec Reuters et AFP

Première publication : 15/11/2017

  • ZIMBABWE

    Situation tendue au Zimbabwe, le chef de l'armée accusé de "trahison"

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Zimbabwe : Robert Mugabe limoge son vice-président

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Zimbabwe : Grace Mugabe, la Première dame qui se rêve présidente

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)