Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"7 minutes contre le Franc CFA"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La Grèce peut-elle couper le cordon financier avec l'UE sans danger ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Une choc du Time sur les séparations des familles de migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Élections en Turquie : Recep Tayyip Erdogan menacé ?

En savoir plus

POLITIQUE

Migrants aux Etats-Unis : Donald Trump recule sur la séparation des familles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

En savoir plus

FRANCE

Le PS réclame des "suites judiciaires" contre un ex-président du MJS accusé d'agressions sexuelles

© Xavier Leoty, AFP | Thierry Marchal-Beck, l'ex-président du MJS, photographié aux côtés de Ségolène Royal en 2013.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/11/2017

Huit femmes ont accusé Thierry Marchal-Beck, l'ancien président du Mouvement des Jeunes socialistes (MJS), d’agressions sexuelles et de harcèlement. Un comportement qui a poussé le PS à réclamer, mardi, des "suites judiciaires" à son encontre.

Le Parti socialiste a réclamé mardi soir des "suites judiciaires adéquates" après des accusations de harcèlement et d'agressions sexuelles visant un ancien président du Mouvement des Jeunes socialistes (MJS), Thierry Marchal-Beck.

Les "témoignages qui accusent un ancien président du MJS de harcèlement sexuel et d'agressions sexuelles à l'encontre de jeunes femmes, militantes du mouvement de jeunesse, sont d'une extrême gravité. Ils ne sauraient rester sans suites judiciaires adéquates", a indiqué le PS dans un communiqué.

De son côté, le MJS a exprimé, dans un communiqué, son "entière et infaillible solidarité avec toutes les femmes qui ont le courage et la force de parler et de briser le silence".

Thierry Marchal-Beck, accusé de harcèlement et d'agressions sexuelles par huit femmes, selon Libération, n'est plus membre du PS depuis deux ans, a-t-on indiqué à Solférino.

L’ex-président du MJS aurait agi de 2010 à 2014, parfois en public, et "beaucoup de cadres connaissaient son comportement", selon le quotidien. "Dans leur grande majorité, ces faits sont prescrits et n'ont pour l'instant pas fait l'objet d'une plainte, même si deux victimes y réfléchissent", précise le journal, qui affirme avoir pu recenser "au moins quatre cas supplémentaires".

"Comportement inqualifiable et inexcusable"

Le modus operandi que ces femmes décrivent est souvent le même : l'agresseur les plaque contre le mur, tente de les embrasser, glisse sa main sous leur T-shirt ou leur jupe. L'une d'elle affirme que "TMB" a tenté de lui imposer une fellation, une autre qu'il lui a malaxé les seins par surprise, en public. "Il n'était pas entreprenant, simplement violent", affirme une troisième.

Ces révélations ont suscité de vives réactions au sein du PS. "Comportement inqualifiable et inexcusable. Soutien total aux victimes. La justice doit passer", a tweeté le député Régis Juanico.

L'actuel président du MJS, Benjamin Lucas, s'est dit "révulsé", et s'est engagé sur Facebook à "continuer le travail entrepris (depuis) plusieurs semaines" pour "interroger et transformer nos cadres collectifs, nos pratiques, nos silences".

Avec AFP

Première publication : 15/11/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Violences sexuelles : les accusations se multiplient à Hollywood

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Harcèlement sexuel : Michael Fallon, le ministre britannique de la Défense démissionne

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Kevin Spacey accusé de harcèlement sexuel, Netflix annonce la fin de "House of Cards"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)