Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 15/11/2017

"L'ami libanais"

© France 24

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 15 novembre, la tournée européenne du ministre des Affaires étrangères libanais, pour obtenir le retour à Beyrouth de Saad Hariri. Un dossier dans lequel la France a préparé sa médiation. Le débat sur la surpopulation de la planète, et ses conséquences sur l’environnement. Une affaire de harcèlement sexuel au MJS. Et des adultes de retour sur les bancs de l’école.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

Au menu de cette revue de presse française, la tournée européenne du ministre libanais des Affaires étrangères, pour obtenir le retour au Liban de Saad Hariri.

 

Depuis onze jours maintenant, le Premier ministre démissionnaire est retenu en Arabie saoudite, par ses puissants parrains. Saad Hariri affirme qu’il est libre de ses mouvements, mais cette déclaration est mise en doute aussi bien au Liban, qu’à l’étranger. Dans un entretien au Figaro, le ministre des Affaires étrangères, Gabran Bassil, estime que «seul son retour au Liban peut confirmer s’il est vraiment libre ou non». «Dimanche, il a affirmé qu’il y retournerait dans deux à trois jours. Nous l’attendons toujours». Selon lui, la démission de Saad Hariri «a été un choc»: «c’était une surprise, y compris pour lui-même», assure-t-il, en prenant soin d’ajouter que son pays est attaché «à préserver et à consolider» ses relations avec l’Arabie saoudite, mais que cette crise a provoqué «une unanimité exceptionnelle autour de l’indépendance du Liban, de sa souveraineté et de sa dignité».

 

Face à cette crise, la France a proposé sa médiation. Après la visite-éclair d’Emmanuel Macron, jeudi dernier, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian sera à son tour à Riyad aujourd’hui, pour demander à ce que Saad Hariri puisse retourner librement au Liban. Faute de quoi, la France poussera le dossier à l’ONU, selon l’Elysée, cité par le Figaro - qui rappelle que le Liban, «ancien pré carré français», «reste un ami». D’après le journal, la méthode diplomatique d’Emmanuel Macron consisterait à «parler à tout le monde», bref à jouer les arbitres – un rôle facilité depuis le Brexit, qui aurait chassé la diplomatie anglaise de la région, et l’arrivée à la Maison-Blanche d’un président «imprévisible». «Les ambitions françaises risquent pourtant de se heurter à la complexité des situations et des rapports régionaux», relève le Figaro – qui explique que «depuis qu’Emmanuel Macron a mis en cause Riyad dans le financement des groupes terroristes, la relation franco-saoudienne s’est légèrement refroidie».

 

Emmanuel Macron qui se rend aujourd’hui à Bonn, en Allemagne, pour participer à la sur le climat. A cette occasion, 15 000 scientifiques du monde entier se sont mobilisés, et ont publié, lundi, un appel urgent à sauver la planète, un texte qui affirme que la préservation de la planète passe, entre autres, par une limitation de la population mondiale, notamment grâce à une plus grande généralisation du planning familial et des programmes d’éducation des femmes. Un débat abordé par la Croix, qui juge le sujet d’autant plus sensible qu’il se situe «au point d’articulation du social et de l’intime», et renvoie à «des aspects tant socioculturels, politiques, économiques, que religieux». Pour le journal chrétien, qui défend l’idée de «procréation responsable», «compatible avec ce que les familles et la planète peuvent supporter», «la fin ne saurait toutefois justifier certains moyens», comme «l’acceptation de l’avortement et de la stérilisation comme méthode de régulation des naissances». La Croix a aussi interrogé le défenseur de l’environnement Pierre Rabhi sur le sujet: selon lui, «l’argument démographique» serait, en réalité, «une imposture», qui masquerait le vrai combat à mener, celui de l’inégale répartition des ressources. «Moins d’un cinquième de la planète surconsomme et jette, rappelle-t-il, alors qu’un enfant meurt de faim toutes les 7 secondes».

 

A lire également ce matin, les témoignages de huit femmes, qui accusent l’ancien président du Mouvement des Jeunes Socialistes, Thierry Marchal-Beck, de harcèlement sexuel. Libération évoque un comportement présumé, répété entre 2010 et 2014, et dont beaucoup de cadres du mouvement auraient eu connaissance. Ces témoignages, écrit Libé, «accusent non seulement un homme, qui par ailleurs appelait en public au respect des femmes, mais aussi un système tout entier. Qui a laissé faire. Ou crié à la tentative de déstabilisation politique à la moindre alerte et éliminé professionnellement les femmes les plus dérangeantes. Dans le monde de la mafia, cela s’appelle l’omerta, la loi du silence».

 

Libération a aussi rencontré des hommes et des femmes, adultes, qui ont décidé de suivre des cours du soir, pour obtenir leur baccalauréat. En France, on a pour habitude de dire: «passe ton bac d’abord». Eux, ont décidé de passer leur bac «ensuite», de s’accorder une seconde chance. Cela se passe au lycée municipal d’adultes de la Ville de Paris. Moyenne d’âge 28 ans, la doyenne de l’année dernière avait 72 ans. Ils sont chauffeur de taxi, formateur à la poste, aide-soignant, occupent un emploi qualifié, et pour certains, vivent des minima sociaux. Parmi eux, Jean-Raymond, 47 ans, originaire d’Haïti, raconte avoir «toujours rêvé de passer son bac», et que l’avoir serait «une fierté». Serge, 29 ans, qui vit de petits boulots, dit que l’obtention de son diplôme, serait «un début vers autre chose».

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/06/2018 REVUE-DE-PRESSE

"Je suis candidat à la présidence de la Turquie, depuis ma prison"

Dans la presse ce vendredi 22 juin : la victoire des Bleus face au Pérou au Mondial-2018 en Russie redonne des "saveurs d'été" aux Français, tandis que la défaite de l'Argentine...

En savoir plus

22/06/2018 REVUE-DE-PRESSE

"Full muddle jacket"

À la Une des grands titres de la presse ce vendredi : les élections générales anticipées en Turquie ce dimanche qui font figure de "pari risqué" de la part du président Recep...

En savoir plus

21/06/2018 Hélène FRADE

"Donald Trump contraint de reculer sur les familles de sans-papiers"

Dans la presse, ce jeudi 21 juin, la rencontre entre le président sud-soudanais et le chef rebelle Riek Machar, une première depuis deux ans. La bataille pour prendre l’aéroport...

En savoir plus

21/06/2018 Hélène FRADE

"Play it again, Cristiano Ronaldo"

A la une de la presse, ce jeudi 21 juin, le revirement de Donald Trump sur la séparations de familles sans-papiers aux Etats-Unis. La pénalisation de l’aide aux clandestins en...

En savoir plus

20/06/2018 Hélène FRADE

"Erdogan va-t-il desserrer son étau?"

Dans la presse, ce mercredi 20 juin, la décision des États-Unis de quitter le Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Un plaidoyer en faveur des migrants et des réfugiés. Les...

En savoir plus