Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

FOCUS

Malgré les accusations de corruption et le blocus, le Qatar tient à son Mondial-2022

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Coupe du monde 2018 : la France affrontera la Croatie en finale

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Trump et Poutine ont rendez-vous à Helsinki

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Assouplissement quantitatif : l'arme lourde des banques centrales

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Les Bleus champions du monde : "Un bonheur éternel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Le HCR s'oppose aux centres fermés : "Demander l'asile n'est pas un crime"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Tourisme : qui veut traverser l'Europe en train ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les Bleus champions du monde : quel impact sur la croissance française ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Armes chimiques en Syrie : nouveau veto russe à l’ONU sur la prolongation d'une enquête

© Timothy A. Clary, AFP | La Russie a déjà mis son veto au projet de résolution sur les armes chimiques en Syrie présenté le 24 octobre 2017.

Vidéo par Florence GAILLARD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/11/2017

La Russie a mis son veto, jeudi, à l’ONU, à un projet de résolution présentée par les États-Unis qui visait à renouveler le mandat des experts internationaux qui enquêtent sur l'utilisation des armes chimiques en Syrie.

Nouveau coup d’arrêt russe à l’enquête sur l'utilisation d’armes chimiques en Syrie. Moscou a mis son veto, jeudi 16 novembre, à l’ONU à un projet de résolution américain qui prévoyait de prolonger d’un an le mandat des experts internationaux enquêtant sur l'utilisation des armes chimiques en Syrie. Il s'agit du dixième veto russe sur un sujet syrien.

Avant ce vote, la Russie avait retiré son propre projet de résolution de la mise au vote qui devait intervenir dans l'après-midi.

Le mandat du groupe des enquêteurs de l'ONU et de l'OIAC, appelé JIM, s'achève jeudi à minuit (05H00 GMT vendredi). Selon certains diplomates, après le veto russe, des possibilités existent encore pour une prolongation technique de ce mandat le temps que les États-Unis et la Russie se mettent d'accord. Ce cas de figure s'était déjà produit l'an dernier.

États-Unis et Russie avaient rédigé deux projets de résolution divergents sur la prolongation du JIM. Ils ne s'accordaient que sur un point : un renouvellement pour un an.

Un rapport d'experts au cœur du bras de fer Washington-Moscou

Le texte russe demandait une révision de la mission du JIM et un gel de son dernier rapport impliquant le régime de Bachar al-Assad  dans une attaque au gaz sarin en avril. Washington s'y opposait et, soutenu par les Européens, réclamait dans son texte des sanctions contre les responsables d'utilisation d'armes chimiques en Syrie.

La résolution américaine a recueilli 11 voix pour, deux contre (Russie et Bolivie) et deux abstentions. (Chine et Égypte). Le vote négatif russe, venant d'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni), équivalait à un veto.

Cela faisait plusieurs semaines que le renouvellement du mandat du JIM était au centre d'un bras de fer entre Washington et Moscou, divisés sur le dernier rapport des experts onusiens et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Avec AFP

Première publication : 16/11/2017

  • SYRIE

    Un rapport de l'ONU accuse Damas d'être responsable d'une attaque au gaz sarin

    En savoir plus

  • SYRIE

    "À la Ghouta, le régime se sert de l'aide humanitaire comme d'une arme"

    En savoir plus

  • JIHADISME

    Irak-Syrie : la France face au problème des "revenants" et de leurs enfants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)