Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Etranger résident" : Marin Karmitz dévoile sa collection de photographies

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Mademoiselle K

En savoir plus

#ActuElles

Le sexisme passe à table : l’asservissement des femmes par la nourriture

En savoir plus

EUROPE

Allemagne : les discussions de coalition se prolongent, Merkel au pied du mur

© Odd Andersen, AFP | Les pourparlers se sont prolongés jusque tard dans la nuit de jeudi à vendredi sans qu'ils n'aboutissent à un accord.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/11/2017

Faute d'accord, les discussions en vue de former une coalition de gouvernement composée des conservateurs, des libéraux et des Verts vont se poursuivre. En cas d'échec, de nouvelles élections ne sont pas à exclure. Au grand dam d'Angela Merkel.

Une nouvelle nuit n’aura pas suffi. Faute d' un accord nocturne, conservateurs, libéraux et écologistes allemands reprennent, vendredi 17 novembre, leurs pourparlers marathon pour former un gouvernement et éviter la tenue d’élections anticipées.

Après un mois de négociations laborieuses, les quatre partis politiques (CDU, CSU, FDP, Verts) qui tentent de mettre sur pied une coalition ont finalement décidé dans la nuit de jeudi à vendredi de prolonger leurs discussions au-delà du 16 novembre, date-butoir fixée jusqu'ici par la chancelière Angela Merkel. Si nécessaire, ces négociations, qui se tiennent à huis-clos et dans une atmosphère tendue, se poursuivront "durant tout le week-end", a avancé l'une des figures des conservateurs bavarois (CSU), Alexander Dobrindt.

Les conservateurs du camp de la chancelière Angela Merkel ont pourtant annoncé qu'ils pourraient faire davantage de compromis sur les politiques relatives au changement climatique pour parvenir à un accord.

Volker Kauder, le leader parlementaire de sa formation chrétienne-démocrate (CDU), s'est notamment dit prêt à accepter des compromis sur la réduction des émissions des centrales électriques au charbon pour apaiser les inquiétudes des Verts.

Peu avant la reprise des travaux vendredi midi, Angela Merkel a admis que les prochaines séances seraient "certainement dures [mais] malgré les difficultés (…) cela vaut la peine d'aller dans un second tour [de discussions], notamment sur la question brûlante de l'immigration sur laquelle bataillent conservateurs et écologistes.

De nouvelles élections ? Non, merci...

La chancelière se retrouve plus que jamais au pied du mur. Si la dirigeante des conservateurs ne parvient pas à élaborer une feuille de route pour gouverner avec le parti libéral (FDP) et les Verts, les Allemands devront sans nul doute retourner aux urnes. Un scrutin qui pourrait signer le clap de fin pour la dirigeante allemande.

Mais la perspective de nouvelles élections n'allèche personne, notamment parce qu'elles risqueraient de donner des ailes à l'extrême droite. L'Alternative pour l'Allemagne (AfD), avec son discours anti-immigration, anti-islam et anti-Merkel, a fait une entrée fracassante à la chambre des députés où elle a raflé 92 sièges sur 706.

C'est justement sur l'immigration, sujet phare en Allemagne depuis l'afflux de réfugiés en 2015, que les négociations pourraient échouer, en raison de positions idéologiques aux antipodes. "Nous avons tenté de bâtir des ponts, mais jusqu'ici nous avons malheureusement échoué", a reconnu Wolfgang Kubicki, chef du groupe parlementaire libéral.

Tour de vis migratoire

Face à l'émergence de l'AfD et à la pression des plus conservateurs de son parti, Angela Merkel a promis de donner un sérieux tour de vis en matière d'accueil des demandeurs d'asile après avoir décidé d'ouvrir les portes de son pays à plus d'un million d'entre eux en 2015-2016. Sa famille politique entend désormais limiter le nombre de nouveaux demandeurs d'asile à quelque 200 000 par an.

C’est la question particulièrement épineuse du regroupement familial qui fait l'objet de la plus âpre bataille. Si les écologistes exigent une reprise des regroupements familiaux pour les réfugiés n'ayant obtenu qu'un titre de séjour d'un an renouvelable, les camps conservateur et libéral s’y refusent catégoriquement.

La politique fiscale et notamment l'éventuelle suppression d'un impôt créé en soutien aux régions déshéritées de l'ex-RDA, demeure également une pomme de discorde. Rien n'a filtré sur d'éventuelles avancées concrètes, mais les négociateurs se disputent aussi sur les dossiers Europe et environnement.

Avec AFP

Première publication : 17/11/2017

  • FOCUS

    Allemagne : l'extrême droite profite de la colère à l'Est

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Allemagne : des milliers de manifestants à Berlin contre l'entrée de l'AfD au Bundestag

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Merkel accepte de limiter le nombre de réfugiés en Allemagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)