Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Planète

États-Unis : tollé après la réautorisation des importations de "trophées d'éléphants" tués en Afrique

© Tony Karumba, AFP | L’importation aux États-Unis des très recherchés défenses d'ivoire avait été interdite en 2014, sous la présidence de Barack Obama.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/11/2017

L’administration de Donald Trump a annoncé avoir réautorisé les chasseurs américains à importer des trophées d'éléphants tués au Zimbabwe et en Zambie. Les associations américaines de défense des animaux monte au créneau.

La pilule a du mal à passer. Les associations de défense des animaux ne décolèrent pas après que l’administration de Donald Trump a annoncé, mercredi 15 novembre, avoir réautorisé les chasseurs américains à importer des trophées d'éléphants tués au Zimbabwe et en Zambie.

L’importation aux États-Unis des très recherchées défenses d'ivoire avait été interdite en 2014, sous la présidence de Barack Obama, afin de préserver une espèce dont la population décroit rapidement en Afrique.

Le US Fish and Wildlife Service (USFWS) "va émettre des permis autorisant l'importation des trophées d'éléphants chassés par loisir au Zimbabwe", a écrit jeudi sur son site l'agence fédérale américaine chargée des questions de chasse et de pêche. Elle confirmait ainsi une annonce faite cette semaine lors d'un forum sud-africain pro-chasse, le Safari Club International Foundation, qui a bataillé dur au côté du lobby américain des armes, la NRA, pour obtenir cette victoire.

"Comportement répréhensible de l'administration Trump. 100 éléphants sont déjà tués chaque jour. Cela mènera à davantage de braconnage", a accusé l’organisation The Elephant Project sur Twitter. Pour sa part, le centre américain pour la biodiversité a déploré qu'en autorisant à faire entrer "des têtes, des pieds et des queues d'éléphants morts aux États-Unis", Donald Trump "légalise le fait de tuer des éléphants menacés".

Selon l'organisation Great Elephant Census, le nombre de pachydermes a chuté de 30 % entre 2007 et 2014 en Afrique, avec une baisse de 6 % pour le Zimbabwe.

Une semblable décision avait déjà été prise - sans faire de remous - en octobre, lorsque l'USFWS était déjà revenu sur l'interdiction d'importer des trophées de lions venus du Zimbabwe et de Zambie. Le braconnage du lion Cecil au Zimbabwe en 2015 avait pourtant provoqué une polémique mondiale.

Des nombreux observateurs se demandaient également si la décision prise sur les éléphants par l'administration américaine a un lien avec la passion des deux fils aînés du président, Don Jr. et Eric, qui se rendent régulièrement à la chasse aux trophées en Afrique. Une photo, notamment, était très partagée sur les réseaux sociaux. On y voit Donald Trump Jr. poser, cartouches de fusil à la ceinture, un canif dans la main droite et une queue d'éléphant dans la main gauche, à côté de l'animal mort.

Avec AFP

Première publication : 17/11/2017

  • KENYA

    Le Kenya brûle 105 tonnes d'ivoire pour lutter contre le braconnage des éléphants

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    L'Asie mobilisée contre le braconnage des éléphants d'Afrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)