Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mahamadou Issoufou : "L’État malien peut s’écrouler"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : 14 casques bleus tués dans le Nord-Kivu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Eloge funèbre d'Emmanuel Macron : un hymne à Jean d'Ormesson et à la littérature

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc causée par la décision de Donald Trump ? (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc causée par la décision de Donald Trump ? (Partie 1)

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : en Égypte, les idéaux de la place Tahrir à l'épreuve de la répression

En savoir plus

TECH 24

L'intelligence artificielle se met au rythme de la pop

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La fiscalité selon Trump : qui sont les gagnants et les perdants de la réforme ?

En savoir plus

REPORTERS

Libye-Italie : les migrants pris entre deux feux

En savoir plus

Macron accueillera Hariri "en tant que Premier ministre" du Liban

© AFP | Le président français Emmanuel Macron à Göteborg, en Suède, le 17 novembre 2017

GÖTEBORG (SUÈDE) (AFP) - 

Le président français Emmanuel Macron accueillera samedi à l'Elysée Saad Hariri "en tant que Premier ministre" du Liban car sa "démission n'est pas reconnue dans son pays puisqu'il ne s'y est pas rendu".

M. Hariri, qui doit arriver à Paris vendredi soir en provenance de Ryad, "a vocation, je crois, à se rendre dans son pays dans les jours ou les semaines à venir", a précisé M. Macron devant la presse à la fin du sommet européen social de Göteborg.

Il doit recevoir samedi à 11H00 GMT au palais de l'Elysée M. Hariri, qui sera ensuite rejoint par sa famille pour un déjeuner, selon la présidence française.

"Je l'accueille demain avec les honneurs dus à un Premier ministre, certes démissionnaire, mais dont la démission n'est pas reconnue dans son pays encore puisqu'il ne s'y est pas rendu", a-t-il expliqué.

Cette invitation est "amicale pour discuter avec lui et accueillir le Premier ministre d'un pays ami", a précisé M. Macron, qui avait proposé à M. Hariri et à sa famille de venir à Paris "pour quelques jours" afin de sortir de l'impasse née de sa démission surprise annoncée le 4 novembre à Ryad. Une invitation acceptée par M. Hariri avec l'accord du parrain saoudien.

M. Macron a indiqué qu'il n'y aurait pas "d'accueil officiel" pour M. Hariri vendredi soir à son arrivée en France puisqu'il s'agit d'"une visite familiale".

Le président a par ailleurs réaffirmé sa volonté de "dialoguer" avec l'Iran, qui a accusé Paris de "partialité" après les critiques du chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian sur les "tentations hégémoniques" de Téhéran au Moyen-Orient.

"La réaction iranienne méconnaît la position française", a réagi M. Macron. "La France tient une ligne (...) qui consiste à construire la paix, à ne s'immiscer dans aucune des divisions nationales ou régionales, et à ne pas choisir un camp contre l'autre, là où beaucoup voudraient entraîner les puissances occidentales dans une opposition croissante entre sunnites et chiites".

"Le rôle de la France est de parler à tout le monde", a-t-il ajouté avant de juger que "tout le monde a intérêt à chercher le calme".

"Notre souhait est que l'Iran ait une stratégie régionale moins agressive et que nous puissions clarifier sa politique balistique qui apparaît comme non maîtrisée", a souligné M. Macron, qui a annoncé son intention de se rendre dans ce pays courant 2018.

© 2017 AFP