Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Princess Erika : le nouveau single d'une guerrière pacifique

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Migrations : les 28 à hue et à dia

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Manfred Weber, président du PPE, sur l'asile : "Sans solution européenne, tout finira dans le désordre"

En savoir plus

FOCUS

Les enfants volés de l'ex-RDA

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Guerre au Yémen : Paris organise une conférence humanitaire fin juin

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Migrations, sécurité et Brexit : les Européens réunis fin juin à Bruxelles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

L’État turc est "extrêmement faible", selon l'historien Edhem Eldem

En savoir plus

L’invité du jour

Turquie : "Des fraudes sont possibles, mais qui ne remettent pas en cause le résultat"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'économie turque en surchauffe

En savoir plus

Moyen-Orient

À la frontière irako-syrienne, Boukamal toujours au centre de combats

© Stringer, AFP | Des soldats des forces gouvernementales syriennes dans la province de Deir Ezzor, le 5 novembre 2017.

Vidéo par James ANDRE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/11/2017

Les jihadistes de l’EI tiennent toujours la ville syrienne de Boukamal, à la frontière avec l’Irak. L’armée syrienne, les FDS et les forces irakiennes se sont lancées dans une course pour reprendre en premier cette position stratégique.

Qui parviendra à reprendre la ville de Boukamal ? Cette ville syrienne située à la frontière avec l’Irak est encore aux mains des jihadistes de l’organisation État islamique (EI), mais elle est convoitée à la fois par l’armée syrienne, les Forces démocratiques syriennes (FDS) et les forces irakiennes, dont les milices Hachd al-Chaabi.

"Les trois forces sont en train de faire la course pour reprendre Boukamal, point de passage entre la Syrie et l’Irak", explique James André, envoyé spécial de France 24 en Syrie.

L'armée syrienne avait annoncé le 9 novembre avoir conquis la ville, mais les jihadistes avaient réussi quelques jours plus tard à en reprendre le contrôle. "Des civils qui fuyaient la ville nous ont affirmé ne pas avoir vu la trace de soldats du régime", raconte James André.

L'EI contrôle toujours 25% de la province de Deir Ezzor, riche en pétrole, selon l'Organisation syrienne des droits de l'Homme (OSDH). Dans cette province, les jihadistes tiennent aussi plusieurs villages et au moins un champ pétrolier, selon l'OSDH.

James André confirme que "de petits groupes de jihadistes" affrontent toujours les combattants des FDS dans des villages de cette région à l’est de la Syrie.

Ailleurs en Syrie, l'EI est présent dans les quartiers de Yarmouk qui est en fait un camp de réfugiés palestiniens – et celui de Hajar al-Aswad, tous deux dans le sud de la capitale. Il contrôle également de petits territoires dans la province de Homs (centre-ouest) et la région de Deraa (sud).

Avec AFP

Première publication : 17/11/2017

  • IRAK

    Bagdad reprend Rawa, dernière ville sous contrôle de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • SYRIE

    Armes chimiques en Syrie : nouveau veto russe à l’ONU sur la prolongation d'une enquête

    En savoir plus

  • JIHADISME

    Irak-Syrie : la France face au problème des "revenants" et de leurs enfants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)