Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Etranger résident" : Marin Karmitz dévoile sa collection de photographies

En savoir plus

#ActuElles

Le sexisme passe à table : l’asservissement des femmes par la nourriture

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : le Soudan du Sud, pays maudit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La cupidité des grandes entreprises va régir Internet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Italie : les pilotes de Ryanair appelés à un débrayage de quatre heures, une première

En savoir plus

Dans l'Atlantique sud, le sous-marin argentin San Juan ne répond plus

© TELAM/AFP / Par Alexandre PEYRILLE | Photo de l'agence argentine Telam et du ministère de la défense argentin publiée le 17 novembre 2017 montrant le sous-marin San Juan toujours porté disparu le 18 novembre 2017

BUENOS AIRES (AFP) - 

Un sous-marin militaire argentin avec 44 membres d'équipage à bord dans l'Atlantique sud n'a plus donné de signe de vie depuis mercredi, et les autorités argentines ont lancé une alerte aux navires croisant dans la région.

Buenos Aires a demandé "à tous les bateaux présents dans la zone d'être attentifs à toute communication radio", alors que les opérations de recherches se déroulaient vendredi dans des conditions météorologiques difficiles.

Le bâtiment était en immersion et avait quitté Ushuaïa, à la pointe sud du continent américain, pour rallier son port d'attache de Mar del Plata. La dernière communication remonte à mercredi 07h30 locales (10h30 GMT).

"On ne sait pas ce qui s'est passé (...) Nous n'avons pas encore pu le trouver, ni avoir un contact, visuel ou par radar, avec le sous-marin +Ara San Juan+", a déclaré lors d'une conférence de presse Enrique Balbi, porte-parole de la marine argentine.

Jusqu'ici, les recherches ont permis de quadriller entre 15% et 20% de la zone où le sous-marin pourrait se trouver, selon le capitaine Balbi.

L'armée privilégie la thèse d'un problème technique de communication. En constatant la rupture de contact avec la terre, le submersible aurait normalement dû remonter à la surface, selon le protocole prévu.

Un ancien commandant du San Juan, Carlos Zavala, a indiqué que les "conditions météorologiques difficiles peuvent compliquer le repérage du sonar" du sous-marin.

"Cela peut prendre des jours, il faut être patient, s'il est à la surface, on n'en voit qu'un tiers et il est fin", explique Carlos Zavala.

- 'Ne pas dramatiser' -

Il a appelé à "être prudents", car "on ne sait pas ce qui s'est passé, je ne veux pas dramatiser cette affaire".

Vendredi depuis 06H00 (09H00 GMT), des avions et des hélicoptères de la base aéronavale de Trelew mènent les recherches.

"Cela ne fait qu'un jour que nous le recherchons. Nous n'avons pas encore parcouru la totalité de la zone (...) Nous ne savons pas s'il est privé de propulsion, ou s'il se trouve à la dérive", a souligné le porte-parole.

Le sous-marin était parti il y a 35 jours de Mar del Plata, port et station balnéaire à 400 kilomètres au sud de Buenos Aires, pour rejoindre Ushuaïa où il a passé trois jours avant d'entamer le voyage de retour.

La balise radio d'urgence qui peut être déclenchée en cas d'avarie n'a pas été activée, a fait remarquer le porte-parole de la marine.

Un destroyeur et deux corvettes de la marine argentine participent aussi aux recherches, menées au large de la Péninsule de Valdés (sud-est), une zone touristique réputée pour sa faune, notamment la baleine australe.

La dernière position relevée le 15 novembre à 00H30 locales (03H30 GMT) situait le sous-marin de couleur noire à 430 km des côtes de la Patagonie et de la Péninsule de Valdés.

Le sous-marin doit normalement donner sa position toutes les 48 heures.

- Avion de la Nasa -

Le retour du sous-marin était prévu pour le mercredi 22 novembre, a dit à la chaîne de télévision TN le frère du chef des machines, Carlos Rodriguez. Il dispose à bord de 15 jours supplémentaires de vivres.

Le "Ara San Juan", 65 mètres de long et 7 de diamètre, est un des trois sous-marins de la marine argentine, qui l'a incorporé en 1985 à sa flotte. C'est un modèle TR-1700 à propulsion diesel, construit dans le chantier naval Thyssen Nordseewerke de Edemen, en Allemagne, dont la première sortie en mer a été effectuée en 1983.

Il a été remis en état de 2007 à 2014, pour allonger de 30 ans sa durée de vie, et était "totalement opérationnel", ayant effectué plusieurs missions en 2017.

"Nous prions pour qu'il ne leur soit rien arrivé", a dit Eduardo Krawczyk, le père d'un des marins.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a annoncé que les Etats-Unis, le Royaume-Uni, présent aux Iles Malouines voisines, et le Chili, avaient offert leur "appui logistique" pour localiser le submersible argentin. L'Uruguay, le Brésil, le Pérou et l'Afrique du sud ont également proposé leurs services.

"Pourquoi penser qu'il a sombré?", interroge le porte-parole de la marine. "Nous n'avons aucune indication qu'il a coulé. Nous avons l'espoir de le retrouver".

Par Alexandre PEYRILLE

© 2017 AFP