Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Etranger résident" : Marin Karmitz dévoile sa collection de photographies

En savoir plus

Transat Jacques-Vabre: l'agent double Dick et son acolyte Eliès attendus samedi en héros

© AFP/Archives / Par Sabine COLPART | Les skippers Jean-Pierre Dick et Yann Eliès avant le départ des équipages de la Transat Jacques-Vabre, le 5 novembre 2017 au Havre

SALVADOR (BRÉSIL) (AFP) - 

Grand maître de la course au large en double, le Français Jean-Pierre Dick devrait être définitivement consacré samedi à Salvador de Bahia en devenant le premier marin à remporter quatre fois la Transat Jacques-Vabre, avec cette fois Yann Eliès pour associé, dans la catégorie Imoca (monocoques de 18,28m).

Le duo était inimaginable tant les deux hommes sont différents et il a été d'une efficacité redoutable. Dick et Eliès (St Michel - Virbac) étaient vendredi soir à quelques milles de signer une victoire historique pour Dick (déjà victorieux en 2003, 2005, 2011), après avoir dominé la course depuis le départ, le 5 novembre au Havre.

A 52 ans, Dick s'offre une sortie de légende, lui qui entend prendre du recul en passant la main - et son bateau - à Eliès (43 ans). Les deux hommes avaient fait le show en janvier lors du dernier Vendée Globe. Dick (4e) avait attendu Eliès (5e) pour qu'ils remontent ensemble le chenal après avoir coupé la ligne.

Leur duo détone: Dick, géant niçois de 1,92 m, peu expansif, dur au mal, a la tête dans les nuages. Eliès, lui, est un épicurien breton et joyeux drille qui n'a pas sa langue dans sa poche.

"On a appris à se connaître. J'ai apprécié le personnage, il a un franc parler, il est direct mais finalement c'est aussi plein de qualités", souligne Dick à l'AFP.

Dick est lui aussi un personnage. Pour preuve, cette vidéo postée en janvier pendant le Vendée Globe dans laquelle il expliquait, preuve à l'appui, comment il avait fermé avec une agrafeuse une plaie au visage!

- Des galères et des rires -

"Jean-Pierre me fait rire. Quand je le vois évoluer sur le bateau, il me fait rire", confie Eliès. "Quand il se prépare pour aller dormir, il y a comme un rituel. Je suis spectateur du truc ! Et je pense que je le fais rire aussi quand je suis sur ma tambouille à me préparer à bouffer".

Le tandem est devenu complice au fil de l'eau, partageant des moments de franche rigolade, même dans des situations parfois cocasses.

"Il faut savoir transformer une difficulté ou un acte de vie à bord un peu galère. Je n'ose pas trop en parler, mais moi je me souviendrais toujours de ce moment: sur une navigation d'entraînement, on était dans la tempête et c'est dur de +chier+ à bord d'un bateau ! Je ne vous fais pas un dessin, c'était un moment galère, pas facile à vivre sur ces bateaux là et finalement on a fini par en rigoler", raconte Eliès.

C'est tout sourire que les deux marins sont attendus samedi dans la Baie de tous les Saints pour une arrivée en forme d'hommage à Jean-Pierre Dick.

Ce vétérinaire de formation, héritier des laboratoires Virbac et papa d'un petit garçon de 7 ans, devrait tirer sa révérence à l'issue de la Transat Jacques-Vabre. Il confiera alors son bateau à Eliès, qu'il épaulera dans sa quête de partenaires pour le prochain Vendée Globe en 2020.

Par Sabine COLPART

© 2017 AFP