Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Afrique

Zimbabwe : le président Robert Mugabe ne renonce pas au pouvoir

© AFP PHOTO / ZBC | Le président zimbabwéen, Robert Mugabe, à la télévision d'État, dimanche 19 novembre 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/11/2017

Dimanche, dans un discours à la nation, Robert Mugabe a défié ses adversaires. Menacé de destitution, ce dernier a affirmé qu'il présiderait le mois prochain le congrès du Zanu-PF dont il a été exclu plus tôt dans la journée.

Le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a terminé son très attendu discours à la nation, dimanche 19 novembre, dans la soirée, sans annoncer sa démission défiant ainsi toutes les attentes et les rumeurs sur son départ.

Analyse de Marianne Severin, chercheur associée et consultante Afrique du sud au Lam

Le chef d'État a indiqué qu'il présiderait, le mois prochain, le congrès du parti au pouvoir, la Zanu-PF, dont il a pourtant été exclu plus tôt dans la matinée. "Le congrès doit se tenir dans les prochaines semaines. J'en présiderai les débats", a-t-il déclaré à la surprise générale alors que la Zanu-PF avait annoncé son intention d'entamer une procédure de destitution si le président ne remettait pas sa démission d'ici lundi à la mi-journée.

L'ancien ministre des Finances Patrick Chinamasa a prévenu, à la suite de cette intervention, que la procédure serait effectivement lancée si le président ne se pliait pas à l'ultimatum. Les décisions du parti ont été saluées par une population avide de changements, dans un pays ruiné où le taux de chômage avoisine les 90 %.

>> À lire : Le parti au pouvoir destituera Robert Mugabe s'il ne démissionne pas d'ici lundi

Lors de ce discours télévisé, Robert Mugabe était entouré de hauts gradés. L'armée, qui a pris le contrôle du pays dans la nuit de mardi et mercredi, à la suite de l'éviction du vice-président Emmerson Mnangagwa, a assigné le chef d'État à résidence.

Samedi, des dizaines de milliers de personnes étaient descendues dans la rue pour soutenir cette intervention et demander le départ du dirigeant.

"Je reconnais les problèmes qui ont été soulevés"

"L'opération à laquelle j'ai échappée (...) n'a pas remis en cause mon autorité en tant que chef de l'État et commandant en chef de l'armée", a toutefois estimé  Robert Mugabe, dans un long discours, lu avec grand peine et retransmis en direct à la télévision d'État.

Réactions après le discours de Robert Mugabe

"Quels que soit les pour et les contre de l'opération de l'armée, moi, en tant que commandant en chef, je reconnais les problèmes qui ont été soulevés", a-t-il ajouté, avant de critiquer "les messages contradictoires du gouvernement et du parti". "Tout cela doit cesser, alors que nous adoptons une nouvelle culture de travail", a-t-il lancé.

Et d'ajouter, sibyllin, "nous devons apprendre à pardonner et résoudre nos contradictions, réelles ou ressenties, dans un esprit de camaraderie zimbabwéenne".

>> À lire : qui veut la chute de la maison Mugabe ?

L'envoyée spéciale de France 24, Caroline Dumay, fait état "d'une extrême consternation" dans le pays à l'issue de cette déclaration.

"Le printemps zimbabwéen ce n’est pas pour demain mais la communauté internationale doit l‘exiger"

"Ce discours était totalement déconnecté de la réalité. Nous soutiendrons toute procédure de destitution et appelons à manifester mercredi", a déclaré le chef de la puissante association de vétérans, Chris Mutsvangwa.

"Les gens doivent redescendre dans la rue, ce n'est pas juste", a affirmé à l'AFP sous couvert d'anonymat un agent de sécurité dans les rues quasi désertes du centre d'Harare. Dans les bars, les Zimbabwéens qui avaient suivi le discours en direct, sont partis immédiatement après, décontenancés.

Avec AFP

Première publication : 19/11/2017

  • ZIMBABWE

    Manifestation historique au Zimbabwe pour en finir avec l'ère Mugabe

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Au Zimbabwe, de plus en plus de voix exigent le départ du président Mugabe

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Zimbabwe : qui veut la chute de la maison Mugabe ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)