Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Léonard She Okitundu : "La RDC n'exclut pas des mesures de rétorsion contre l'UE"

En savoir plus

LE DÉBAT

"One Planet Summit" : sans les États-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : Baiji, ancienne vitrine industrielle, peine à retrouver sa splendeur d'antan

En savoir plus

Amériques

Le chef du nucléaire américain prêt à s'opposer à des frappes ordonnées par Trump

© Alex Wong, Getty Images North America, AFP | Le général John Hyten, chargé de la supervision de l'arsenal nucléaire des États-Unis à Washington, le 8 mars 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/11/2017

Alors que les tensions demeurent entre Washington et Pyongyang, le général Hyten, chef du nucléaire américain, a prévenu samedi qu'il était prêt à refuser un ordre de frappe nucléaire émis par Donald Trump, s'il le jugeait "illégal".

"Si c'est illégal ? Je dirai : 'M. le président, c'est illégal.' Et nous trouverons des solutions, avec une combinaison de moyens pour répondre à la situation, quelle qu'elle soit." Le général John Hyten, chargé de la supervision de l'arsenal nucléaire des États-Unis, a déclaré samedi 18 novembre qu’il était prêt à résister à un ordre présidentiel de frappe nucléaire s'il le considérait comme "illégal", rapporte la chaîne de télévision CBS News.

>> À lire : Trump veut mettre fin à "la patience stratégique" face à la Corée du Nord

Pour lui, il n’y a rien de neuf ou d’inquiétant à interpréter dans cette prise de position. "En tant que chef de Stratcom, je donne des conseils au président ; il me dit quoi faire", a expliqué le général, qui s'exprimait au Halifax International Security Forum, au Canada.

Passer en revue les scénarios sur la manière de réagir dans le cas d'un ordre illégal est une pratique courante, a-t-il poursuivi : "Si vous exécutez un ordre illégal, vous irez en prison. Vous pourriez aller en prison pour le restant de votre vie".

Diminuer l'autorité présidentielle en matière de nucléaire

Des sénateurs américains de tous bords, du Parti démocrate comme du Parti républicain de Donald Trump, se sont interrogés ces derniers temps sur la capacité du chef de la Maison Blanche à mener une guerre, à utiliser les armes nucléaires et à s'engager dans des accords internationaux ou à y mettre fin, dans un contexte de tensions à propos de l'arsenal nucléaire nord-coréen.

Depuis des mois, Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un échangent insultes et provocations verbales. Le président américain s’est notamment dit prêt à "détruire totalement" la Corée du Nord, si ce pays de 26 millions d'habitants venait à menacer les États-Unis.

>> À lire : Retirer le bouton nucléaire à Trump ? Débat au Congrès américain

Certains sénateurs souhaitent une loi pour modifier l'autorité du président des États-Unis en matière nucléaire. Mardi, une commission du Sénat a tenu une audition sur l'autorité du président en matière de lancement de frappes nucléaires, la première audition du Congrès en la matière depuis plus de quarante ans.

Avec Reuters

Première publication : 19/11/2017

  • ASIE

    Trump se félicite des progrès sur le dossier nord-coréen tout en interpellant Kim Jong-un

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    À peine arrivé au Japon, Donald Trump lance un avertissement à la Corée du Nord

    En savoir plus

  • CORÉE DU SUD

    La Corée du Sud ne développera pas l'arme nucléaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)