Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Israël : Tzipi Livni appelle à un gel de la colonisation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Rachat de Fox par Disney : la souris croque le renard pour 66 mds de dollars

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie : la performance de Vladimir Poutine scrutée dans les médias

En savoir plus

LE DÉBAT

Russie : Vladimir président, Poutine candidat

En savoir plus

POLITIQUE

Les Républicains : Les travaux d’Hercule de Laurent Wauquiez

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Kev Adams, dans la peau d’un snowboarder surdoué

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Avec Jerusalem, les États-Unis ont réduit les chances d’une solution négociée"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : la frontière irlandaise, casse-tête du Brexit

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La réunion de l'OMC accouche de... rien

En savoir plus

Police du quotidien: un "retour aux fondamentaux" pour le chef de la police

© AFP/Archives

PARIS (AFP) - 

La nouvelle police de sécurité au quotidien (PSQ) représente un "retour aux fondamentaux", pour le Directeur général de la police nationale, Eric Morvan, dans un entretien au Journal du dimanche.

"Plutôt que d'une révolution, je parlerais de retour aux fondamentaux. Si l'on veut être bon contre le terrorisme, il faut disposer d?un renseignement performant. Pour combattre le crime organisé, il faut une investigation efficace. Si l'on veut assurer la police du quotidien, il faut être présent", analyse le numéro 1 de la police nationale.

Alors qu'un questionnaire visant à recueillir l'avis des 250.000 policiers et gendarmes a été envoyé dans le cadre de la concertation sur la PSQ, voulue par le président Emmanuel Macron, le chef de la police souligne l'importance de retisser des liens de confiance au quotidien entre population et forces de sécurité.

"Nous voulons revenir à une police qui fait naturellement partie du paysage, dans une logique de prévention et de règlement des conflits. Une police qui accepte que la satisfaction des attentes de la population constitue un critère d?évaluation de son action", affirme-t-il.

A l'appellation "police de proximité" - mise en place par le gouvernement socialiste de Lionel Jospin et brutalement supprimée par Nicolas Sarkozy - Eric Morvan préfère parler d'une "police de la disponibilité".

Relevant que les "récentes hausses d'effectifs ont profité au renseignement, à la police judiciaire et à la police aux frontières", il assure que les "10.000 postes, police et gendarmerie, qui seront créés au cours du quinquennat seront prioritairement attribués à la sécurité publique".

Parallèlement à ces créations de postes - une vaste campagne de recrutement a été lancée cette semaine - il plaide pour une "dématérialisation des procédures" et des choix dans les enquêtes.

"Lors d'un déplacement à Lyon, relate-t-il, on m'a présenté le cas d'un vol de yucca sur un balcon qui a nécessité quatre mois d?enquête pour un résultat nul". Dans ce type de cas où le préjudice est "ridicule" ou les chances d'aboutir "quasi-nulles", "ne faut-il pas hiérarchiser nos priorités et oublier cette procédure"?

La consultation sur la PSQ s'achèvera le 20 décembre et son bilan livré dans les jours suivants. La PSQ doit être expérimentée dans une quinzaine de sites début 2018. Une trentaine de villes se sont portées candidates, dont Aulnay-sous-Bois marquée par "l'affaire Théo", celle du viol présumé à la matraque d'un jeune homme lors de son interpellation.

© 2017 AFP