Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Macron et les banlieues : une vision libérale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les marchés financiers inquiets pour l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Marc Hecker : "Il faut faire plus sur la prévention de la radicalisation"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Mark Zuckerberg: "Opération contrition"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : trois "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

LE DÉBAT

Banlieues en France : Macron annonce une "nouvelle méthode"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hubert Védrine : "L'objectif de Trump est de renverser le régime iranien"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hubert Védrine : "Le populisme c'est l'échec des élites"

En savoir plus

EUROPE

Allemagne : Merkel, l'indéboulonnable chancelière, chancelle

© Hannibal Hanschke, pool, AFP | La chancelière allemande Angela Merkel assiste à une messe à l'occasin du 500e anniversaire de la Réforme, le 31 octobre 2017 à Wittenberg.

Vidéo par Sophie SAMAILLE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/11/2017

À la tête de l'Allemagne depuis plus de 12 ans, l'inamovible chancelière Angela Merkel se voit sérieusement menacée par l'échec, dimanche, des négociations menées pour former un gouvernement de coalition.

Vit-on la fin de la carrière de la chancelière Angela Merkel, 63 ans, dont 12 au pouvoir ? Elle qui paraissait indéboulonnable à la tête de l'Allemagne risque désormais une sortie sans gloire.

Avec l'échec dans la nuit du dimanche 19 au lundi 20 novembre des pourparlers entre son camp conservateur, les libéraux du FDP et les Verts pour former un gouvernement de coalition, des élections anticipées paraissent désormais probables. Et ce, même si le président de la République, Frank-Walter Steinmeier, qui a désormais la main en vertu de la Loi fondamentale allemande de 1949, a appelé dans la journée tous les partis politiques à prendre leurs responsabilités pour former un gouvernement afin d'éviter un scrutin anticipé.

Malgré sa victoire en demi-teinte aux législatives du 24 septembre, la percée historique de l'extrême-droite (AfD) et désormais son incapacité à former un cabinet, Angela Merkel refuse toute idée de démission ou de mise en retrait. Elle a même affirmé lundi qu'elle était prête à être de nouveau candidate.

"De nouvelles législatives signifieraient la fin de la carrière de Merkel"

"Oui", a-t-elle répondu sur les chaînes de télévision ARD et ZDF à la question de savoir si elle entendait se présenter en cas de nouveau scrutin dans les prochains mois, face au blocage actuel. Elle a également affirmé être "très sceptique" quant à la mise sur pied éventuelle d'un gouvernement minoritaire, autre option possible pour elle pour rester au pouvoir. Des élections anticipées seraient "une voie préférable", a-t-elle déclaré sur la chaîne ARD.

L'accueil des migrants comme point de rupture

"En dehors de l'Allemagne, on continue à [la] regarder avec admiration, alors qu'elle entre dans sa treizième année à la chancellerie. Mais dans son pays, l'admiration a faibli", résumait la semaine dernière l'influent hebdomadaire Der Spiegel. Le journal conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung diagnostique lui une "érosion du pouvoir" chez la chancelière, élue pour la première fois en 2005.

>> À voir, la Revue de presse : "Angela Merkel, le camouflet"

Celle que les Allemands surnomment "Mutti" ("maman") avait pourtant réussi jusqu'à présent un parcours étonnant, prenant au fil des crises une dimension croissante. Au cours des cinq dernières années, elle fut tour à tour dépeinte en bourreau des pays dépensiers en Europe, en "mère Teresa" des réfugiés fuyant guerres et terrorisme, et en "leader du monde libre" dans la foulée de l'élection de Donald Trump il y a un an.

Paradoxalement, c'est l'accueil de centaines de milliers de migrants en 2015 qui lui aura donné à la fois sa stature historique, mais aura aussi jeté les bases de son déclin.

Compromis impossible avec écologistes et libéraux

À l'époque, la gauche exulte, quand une grande partie du camp conservateur grogne. Après la douche froide des dernières législatives, l'aile dure de sa famille politique demande à la chancelière un virage à droite, au moment même où, pour former une majorité, elle doit trouver un compromis avec les libéraux et les Verts. L'équation s'est avérée impossible, même pour cette femme politique rompue à la négociation.

En Europe aussi, sa politique migratoire a conduit à son affaiblissement. Tout comme elle refuse la "mutualisation des dettes", nombre de ses partenaires de l'UE lui refusent de "mutualiser" les migrants.

Peu de prises de risque dans sa carrière

Pour autant, qui aurait parié sur un tel parcours à l'automne 2005, après sa victoire sur le fil face au chancelier social-démocrate Gerhard Schröder ? La physicienne sans charisme évident fait alors sourire.

Cette austère fille de pasteur, élevée en Allemagne de l'Est, a ainsi été longtemps sous-estimée par les politiques ouest-allemands. Au fil du temps, elle a pourtant su s'imposer comme un animal politique singulier.

>> À voir, L'Entretien de France 24 avec la journaliste Marion Van Renterghem : "Avec Merkel, les Allemands sont contents de leur stabilité"

Elle a largement tiré parti des réformes économiques impulsées par Gerhard Schröder, mais ses propres efforts pour préparer l'avenir sont discutables.

Outre la sortie du nucléaire, décidée en 2011 après la catastrophe de Fukushima, notamment pour satisfaire l'opinion, la crise migratoire est l'événement phare de ses trois mandats et sans doute sa seule vraie prise de risque. Son style, marqué par un ultrapragmatisme, est plutôt guidé par les rapports de force du moment que par une vision.

Avec AFP

Première publication : 20/11/2017

  • ALLEMAGNE

    Allemagne : échec des négociations pour former un gouvernement de coalition

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Allemagne : Angela Merkel coincée par la percée des nationalistes

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Législatives en Allemagne : la CDU de Merkel en tête, percée historique de l’extrême droite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)