Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Etranger résident" : Marin Karmitz dévoile sa collection de photographies

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Mademoiselle K

En savoir plus

#ActuElles

Le sexisme passe à table : l’asservissement des femmes par la nourriture

En savoir plus

Elections européennes: "on n'a pas vocation à être dans l'entre-soi", selon Castaner (LREM)

© POOL/AFP | Le président Emmanuel Macron reçoit le délégué général de La République en marche, Christophe Castaner dans son bureau de l'Elysée, le 20 novembre 2017

PARIS (AFP) - 

Le nouveau délégué général de La République en marche, Christophe Castaner, a estimé lundi que la liste qu'organisera LREM pour les élections européennes de 2019 "doit être une liste de rassemblement, élargie".

"Cela doit être une liste de rassemblement, élargie, on va la constituer, on va y travailler, je vais y mettre beaucoup d'énergie, mais on n'a pas vocation à être dans l'entre-soi", a affirmé M. Castaner sur France Inter.

Celui qui est encore porte-parole du gouvernement a dit souhaiter rassembler "tous les gens qui croient dans l'Europe". "J'ai entendu Alain Juppé la semaine dernière, j'entends souvent Daniel Cohn-Bendit sur ces sujets, on a aujourd'hui des femmes et des hommes qui pensent que le dépassement politique est nécessaire, le dépassement des appareils, pour porter la voix de la France à l'échelle européenne".

"Seule la liste que nous organiserons, et je ne dis pas la liste de LREM, sera la liste européenne", a-t-il encore affirmé. "Toutes les autres ont sur ce sujet de telles ambiguïtés qu'elles n'assumeront pas de porter cela".

L'ancien Premier ministre LR Alain Juppé a rappelé lundi, lors d'un point de presse à Bordeaux, que l'Europe était pour lui "une ligne de construction d'une majorité élargie absolument essentielle", mais a démenti une nouvelle fois s'être "jamais prononcé" sur la constitution de listes électorales uniques avec LREM pour les élections européennes.

Pour cela, "il y a des responsables de partis politiques. M. Castaner en est un, je n'en suis pas un", a-t-il poursuivi, indiquant ne pas avoir "l'intention de (se) relancer dans une bagarre électorale", mais vouloir combattre "au niveau des idées" ceux "qui essaient de faire croire à nos concitoyens que la source de nos maux c'est l'Europe".

L'ex-eurodéputé vert franco-allemand Daniel Cohn-Bendit, qui aujourd'hui soutient Emmanuel Macron, est lui favorable de longue date à des "listes transeuropéennes".

Pourrait-il reprendre du service en 2019? "Je pourrais l'inviter, mais je ne peux pas répondre à sa place", a répondu M. Castaner.

Emmanuel Macron reçoit lundi et mardi les principaux responsables politiques pour les sonder sur ses projets européens et l'organisation des élections européennes.

L'une de ses idées est d'introduire des listes transnationales grâce à l'utilisation du quota des députés britanniques partants après le Brexit.

Le débat porte également sur un retour à une circonscription nationale alors que, depuis les élections européennes de 2004, la France est divisée en huit circonscriptions (Est, Ouest, Ile-de-France...).

© 2017 AFP