Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Un Emmy pour un téléfilm de France 2 sur la déradicalisation

© AFP/Archives | Le téléfilm de France 2 "Ne m'abandonne pas" sur la déradicalisation a été couronné d'un International Emmy Award

NEW YORK (AFP) - 

Le téléfilm de France 2 "Ne m'abandonne pas" sur la déradicalisation a été couronné lundi à New York d'un International Emmy Award, les récompenses attribuées aux programmes produits ailleurs qu'aux Etats-Unis.

"C'est une vraie surprise", a réagi la productrice Joëy Faré auprès de l'AFP. "Elle n'est pas du tout feinte. On a vu les films qui étaient en compétition avec nous et ils étaient de très très grande qualité."

Les International Emmys sont le pendant international des Emmy Awards, les prestigieuses récompenses de la télévision américaine.

"Ne m'abandonne pas" évoque l'histoire de Chama, brillante adolescente de 17 ans qui tombe dans l'islamisme radical au point de vouloir partir en Syrie.

Sa mère surtout, son père aussi, vont tenter de la déradicaliser.

Le film est inspiré du parcours de plusieurs jeunes filles, dont certaines ont fini par partir en Syrie.

Le réalisateur de "Ne m'abandonne pas", Xavier Durringer ("La conquête") s'est dit "très heureux, parce que c'était un sujet qui est tellement difficile, tellement politique."

"C'est la première fois qu'on faisait un téléfilm sur la déradicalisation", a-t-il expliqué à l'AFP.

Ce film au contenu pédagogique assumé est désormais montré dans certains établissements scolaires en France.

"C'est à la fois un film politique et un film sur l'intime", a décrit Joëy Faré. "C'est vraiment le combat d'une mère."

"Je crois que c'est très facile de s'identifier parce qu'on peut se dire que n'importe quelle famille pourrait être dans cette situation", a-t-elle ajouté.

"Comme on a eu déjà beaucoup beaucoup de prix, c'était le couronnement", s'est félicité la productrice. "C'est la récompense suprême que l'on pouvait avoir, donc on est très très heureux."

France Télévisions avait déjà été récompensé en 2015 pour le documentaire "Illustre & Inconnu: comment Jacques Jaujard a sauvé le Louvre", récompensé dans la catégorie des programmes sur l'art.

L'an dernier, le groupe audiovisuel public avait été nommé pour la série humoristique "10%", mais ne l'avait pas emporté.

Deux autres programmes français, tous deux issus des rangs de Canal+, étaient sélectionnés pour l'édition 2017 mais sont rentrés bredouille: la série "Baron Noir" et son acteur Kad Merad pour l'Emmy du meilleur comédien, ainsi que "Le studio de la terreur" dans la catégorie du meilleur documentaire.

© 2017 AFP