Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Etranger résident" : Marin Karmitz dévoile sa collection de photographies

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : le Soudan du Sud, pays maudit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La cupidité des grandes entreprises va régir Internet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Italie : les pilotes de Ryanair appelés à un débrayage de quatre heures, une première

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Tragédie au passage à niveau"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Israël : Tzipi Livni appelle à un gel de la colonisation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Rachat de Fox par Disney : la souris croque le renard pour 66 mds de dollars

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Procès de Khalifa Sall au Sénégal : aussitôt ouvert, aussitôt renvoyé

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie : la performance de Vladimir Poutine scrutée dans les médias

En savoir plus

Ligue des champions: Naples reste en vie

© AFP | Les joueurs de Naples peuvent toujours rêver d'Europe grâce à leur victoire 3-0 devant le Shakhtar Donetsk

ROME (AFP) - 

Naples avait une chance infime de poursuivre sa route en Ligue des champions mais celle-ci a un peu grandi mardi grâce à sa victoire 3-0 contre le Shakhtar Donetsk, qui laisse les jeux ouverts avant la dernière journée.

Il reste trois points d'écart entre le Shakhtar (9) et Naples (6), mais les Italiens termineront devant les Ukrainiens en cas d'égalité, ayant parvenu à effacer la défaite de la première journée (2-1). Le scénario est désormais limpide - et Manchester City, assuré de terminer premier, aura le rôle d'arbitre.

Pour se qualifier, Donetsk a besoin d'un point à domicile contre les Anglais lors de la dernière journée. Mais s'ils perdent et que Naples bat le Feyenoord Rotterdam, éliminé depuis une éternité et toujours fanny, ce seront alors les Napolitains qui verront les 8es de finale.

A la pause, les choses ne semblaient pourtant pas évidentes pour Naples, pas très inspiré, guère poussé par la très faible affluence (environ 15.000 spectateurs) et bien bloqué par les visiteurs, impeccablement organisés et pas vraiment gênés par le pressing adverse.

On se disait alors que Naples, diminué par la suspension de Koulibaly, était peut-être tenté de se concentrer uniquement sur la quête du titre en Serie A, attendu depuis 1991 et qui semble cette saison vraiment jouable.

Mais c'était sans compter sur le talent pur de Lorenzo Insigne, dont on se demande toujours comment l'ex-sélectionneur de l'Italie Gian Piero Ventura a pu choisir de se passer lors du barrage d'accession au Mondial perdu face à la Suède.

A la 56e minute, le petit attaquant italien a enchaîné deux crochets et une frappe lumineuse en lucarne des 25 m. Tous les supporters de Naples ont hurlé, tous ceux de la Nazionale ont soupiré de regret, et la partie était lancée.

Car pendant la dernière demi-heure, on a ensuite revu le football magnifique de Naples, celui qui a enthousiasmé Pep Guardiola, l'entraîneur de Manchester City.

Les deux buts qui ont suivi, signés Zielinski (81e) et Mertens (83e), ont confirmé la supériorité des Italiens lors d'une deuxième période où le Shakhtar a quasiment disparu.

Les Ukrainiens ne pourront pas se le permettre lors de la 6e et dernière journée qui sera donc décisive. Naples de son côté continue de courir deux lièvres à la fois, et de le faire avec style.

© 2017 AFP