Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Aide sociale: des associations dénoncent une "ponction" dans les caisses de la CNSA

© AFP/Archives | Le gouvernement veut aider 19 départements à assurer le versement des trois allocations individuelles de solidarité: le RSA (revenu minimum), l'APA (dépendance) et la PCH (handicap)

PARIS (AFP) - 

Plusieurs responsables associatifs, membres de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), ont déploré mercredi la décision du gouvernement de "ponctionner" 100 millions d'euros dans les réserves de cet établissement public pour aider les départements en difficulté.

Le gouvernement avait annoncé la semaine dernière le déblocage en urgence de ces crédits pour permettre à 19 départements "sous tension financière" d'assurer jusqu'à la fin de l'année le versement des trois allocations individuelles de solidarité: le RSA (revenu minimum), l'APA (dépendance) et la PCH (handicap).

Pour financer cette promesse, l'exécutif a décidé de mettre à contribution la CNSA, qui "mobilisera en ce sens sur son budget 2017 une enveloppe de 100 millions d'euros, prélevée sur ses réserves", ont indiqué la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, et la secrétaire d'Etat chargée du Handicap, Sophie Cluzel, dans un communiqué diffusé mardi.

Cette décision a déçu plusieurs membres du conseil de la CNSA, qui l'ont fait savoir via Twitter, comme Jean-Louis Garcia, président de l'Apajh (Association pour adultes et jeunes handicapés), qui regrette que les fonds promis aux département soient "pompés sur les fonds propres" de la Caisse.

La méthode n'est toutefois pas inédite: les gouvernements précédents ont régulièrement été accusés de "détourner" les ressources de la CNSA, censée répartir les crédits destinés à la dépendance et au handicap (dont l'APA et la PCH).

"Nouveau gouvernement, pratiques anciennes, intolérable", dénonce Vincent Michel, président de la Fédération des aveugles de France.

"Les mauvaises méthodes, sans réflexion à long terme, perdurent. Inacceptable", a également dénoncé la Fnath (Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés).

Cette situation récurrente démontre qu'"il faut de nouvelles ressources pour répondre aux besoins des personnes âgées et/ou en situation de handicap", estime pour sa part Guillaume Quercy, président de l'UNA (Union nationale de l'aide, des soins et des services aux domiciles), qui "propose de rétablir un tiers de l'ISF", l'impôt de solidarité sur la fortune supprimé en grande partie par le gouvernement.

© 2017 AFP