Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 22/11/2017

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

© France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 22 novembre, la démission du président du Zimbabwe Robert Mugabe. Le retour au Liban du Premier ministre démissionnaire Saad Hariri. Des menaces de mort contre une actrice indienne. Et des nouvelles du mankini.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

 

Au menu de cette revue de presse internationale, la démission de Robert Mugabe.

 

Le président zimbabwéen, 93 ans, était au pouvoir depuis 37 ans. «Bye bye Bob», titre Die Burger, très sévère envers l’ancien dirigeant: «Mugabe a toujours été une farce», assène le quotidien sud-africain, en balayant d’un revers de main son image de «grand libérateur» du Zimbabwe. «Hip hip Harare!», se réjouit la version britannique du journal gratuit Metro, avec l’image de la liesse des Zimbabwéens à l’annonce de la démission de Mugabe, qui s’est accroché jusqu’au bout au pouvoir – au point de «choquer le monde», selon The Swazi Observer, au Swaziland. L’entêtement du président zimbabwéen à se maintenir coûte que coûte, en dépit du coup de force de l’armée – à voir aussi en dessins, dans le quotidien sud-africain Beeld, qui le montre résistant, le poing levé, à une boule de démolition militaire. Et également dans Business Day, toujours en Afrique du sud, où Robert Mugabe est transformé en boulet de canon: «Avez-vous une allumette?», lui demande un officier, prêt à allumer la mèche.

 

Son départ est unanimement salué. Au Zimbabwe, The Herald veut croire à «l’aube d’une nouvelle ère», à un «nouveau départ» pour le pays. «Les Zimbabwéens ne retourneront pas dans une boîte à silence, et tous les dirigeants futurs de cette nation vont devoir s’habituer à la parole libre, l’écouter, et expliquer ce qu’ils font et pourquoi». «Avec la disparition de Mugabe, une page se tourne en Afrique, celle des guerres de libération, des luttes idéologiques», écrit le journal belge Le Soir, qui «voudrait pouvoir dire aussi que sa mise à l’écart sans violence est un signal envoyé à tous les chefs d’Etat, quel que soit leur âge, qui s’accrochent au pouvoir en dépit de la volonté de leur peuple et sans présenter les mêmes lettres de créance». Mais qui, justement, a écarté Mugabe? Son ancien vice-président, Emmerson Mnangagwa, qu’il avait limogé, «est-il le cerveau de l’opération militaire des jours derniers, ou son visage encore virtuel?», s’interroge Le Monde, qui revient sur le long parcours de celui que Mugabe lui-même avait surnommé «le crocodile», et dont le journal rapporte qu’on ignore où il se trouve depuis le début de la crise - un personnage qui serait «le pur produit d’une génération qui s’est forgée dans le lutte anticoloniale, avant de poursuivre ses travaux pratiques de brutalité dans les coulisses du pouvoir», et qui pourrait reprendre les rênes du pays.

 

Au Liban, le Premier ministre démissionnaire Saad Hariri assiste aujourd’hui aux commémorations de l’indépendance. «Après le retour, une question: sa démission sera-t-elle confirmée?», demande L’Orient Le Jour. «Hariri est de retour pour régler la crise politique», annonce The Daily Star, qui ironise sur la mise en garde d’un proche conseiller du président iranien Hassan Rohani, qui a demandé au président français, Emmanuel Macron, de ne pas s’ingérer dans les affaires de l’Iran, après que celui-ci a demandé des «clarifications» sur son programme de missiles balisitiques – le quotidien libanais renvoyant Téhéran à sa propre ingérence dans la souveraineté libanaise, mais aussi irakienne, syrienne, libyenne et yéménite.

Au menu également, les menaces adressées à l’une des actrices les plus populaires de Bollywood à cause de l’un de ses rôles. Selon The Mirror, Suraj Pal Amu, un membre du parti nationaliste indien, le BJP, le parti du Premier ministre Narendra Modi, a même promis une récompense de 1,5 million de dollars en échange de la tête de Deepika Padukone – qui a joué dans le film «Padmavati», où elle incarne une légendaire reine indienne tombée amoureuse d’un sultan musulman. Une romance fictionnelle à double titre, puisque le poème qui a inspiré ce film ne fait pas état de cette liaison – et c’est justement ce que lui reprochent ses ennemis, notamment Suraj Pal Amu, qui l’accusent d’avoir déformé l’histoire originelle. L’indifférence voire l’impunité dont jouissent ceux qui menacent Deepika Padukone indigne The Deccan Chronicle, qui ne comprend pas que le BJP ni la justice indienne n’aient réagi. «Sommes-nous en train de devenir une société intolérante, ou sommes-nous progressivement, à doses homéopathiques, poussés à une telle forme de complaisance, que nous commençons à accepter certaines absurdités comme étant des vérités?».

 

On ne peut pas se quitter là-dessus, on termine par un beau geste, raconté par Vice, qui nous apprend que six touristes tchèques ont écopé chacun d’une contravention de 58 euros pour «apparence indécente», après avoir voulu prendre la pose en mankini, ce maillot de bain incomparable, jaune fluo et très seyant, du film «Borat» devant un monument d'Astana, la capitale du Kazakhstan. Une mésaventure dont l’acteur britannique Sacha Baron Cohen, qui incarne Borat, a finalement eu vent, avant de proposer de régler lui-même la contravention de ses imitateurs tchèques. Elégant, non?

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

15/12/2017 Accident ferroviaire

"Tragédie au passage à niveau"

Au menu de cette revue de presse française du vendredi 15 décembre : les questions après l'accident de Millas. Comment le Premier ministre Édouard Philippe imprime-t-il sa marque...

En savoir plus

15/12/2017 Revue de presse

"La cupidité des grandes entreprises va régir Internet"

Au menu de cette revue de presse internationale du vendredi 15 décembre, la presse américaine réagit à la fin de la neutralité d'Internet. Des journaux arabes commentent...

En savoir plus

14/12/2017 Revue de presse française

"Froome en sursis ?"

Au menu de cette revue de presse française, jeudi 14 décembre, les interrogations sur le cycliste britannique Chris Froome, confronté à une affaire de dopage présumé. Le début de...

En savoir plus

14/12/2017 Revue de presse internationale

"Quand Erdogan se pose en sauveur des Palestiniens"

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 14 décembre, l’appel de Recep Tayyip Erdogan à reconnaître Jérusalem-Est comme capitale de la Palestine. Un vote du...

En savoir plus

13/12/2017 Revue de presse française

"L'argent, tabou des députés"

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 13 décembre, le sommet, aujourd’hui près de Paris, du G5 Sahel, et le bilan du "One planet Summit" qui s’est aussi tenu en...

En savoir plus