Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Syrie: ouverture d'une réunion de l'opposition à Ryad

© AFP | Yehia al-Aridi, figure de l'opposition syrienne, fait une déclaration aux médias, lors des pourparlers de paix, le 24 janvier 2017 à Astana

RYAD (AFP) - 

Les principales factions de l'opposition syrienne ont entamé des négociations mercredi à Ryad pour tenter d'unifier leurs positions alors que les initiatives se multiplient pour mettre fin au conflit meurtrier qui ravage la Syrie depuis 2011.

A l'invitation du ministère saoudien des Affaires étrangères, quelque 140 dissidents syriens, issus des nombreux courants d'une opposition divisée, participent à cette réunion qui s'est ouverte peu après 10H15 (07H15 GMT) par une intervention du chef de la diplomatie saoudienne, Adel Al-Jubeir.

L'objectif est de mettre sur pied une délégation unifiée pour les représenter aux pourparlers qui doivent s'ouvrir le 28 novembre à Genève, sous l'égide de l'ONU. L'émissaire des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, est présent à la réunion.

Cette rencontre intervient alors que la Turquie, l'Iran et la Russie tiennent un sommet dans la station balnéaire russe de Sotchi pour discuter d'une issue au conflit syrien qui a fait plus de 330.000 morts et connaît un tournant avec des défaites à répétition du groupe Etat islamique.

A ce jour, toutes les initiatives de paix en Syrie ont échoué, avec comme principale pierre d'achoppement le sort réservé au président Bachar Al-Assad, dont le départ immédiat est réclamé par de nombreux opposants syriens.

Mais à l'heure où le régime multiplie les victoires militaires, renforçant sa stature internationale face à des rebelles affaiblis, l'opposition fragmentée n'a d'autre choix que d'unifier ses rangs, estiment des experts.

Des groupes rebelles syriens ont été soutenus par l'Arabie saoudite et le Qatar, mais il y a aussi la Coalition nationale, principale composante de l'opposition en exil basée à Istanbul, et des factions installées à Moscou ou au Caire et considérées comme plus conciliantes vis-à-vis du régime de Damas.

© 2017 AFP