Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Tournée africaine de Xi Jinping : la Chine toujours plus présente sur le sol africain

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Affaire Benalla : l'Élysée au cœur de la tempête

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bianca Jagger : "Ortega a trahi la révolution sandiniste du Nicaragua"

En savoir plus

LE DÉBAT

Turquie : quelles libertés après l'état d'urgence ?

En savoir plus

Asie - pacifique

La Birmanie et le Bangladesh signent un accord pour rapatrier les Rohingya

© Dominique Faget, AFP | Des enfants font la queue pour recevoir des vivres dans un camp de réfugiés pour Rohingya au Bangladesh, le 22 septembre 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/11/2017

La Birmanie et le Bangladesh ont signé jeudi un accord ouvrant la porte au rapatriement des centaines de milliers de musulmans rohingyas qui ont fui la répression de l'armée birmane, ont annoncé Dacca et Naypyidaw.

Le programme de retours doit débuter "sous deux mois" : le ministère des Affaires étrangères bangladais a confirmé, jeudi 23 novembre, que Dacca et Naypyidaw se sont mis d’accord pour rapatrier les quelque 620 000 Rohingya qui ont fui la Birmanie pour le Bangladesh depuis la fin août.

Ces réfugiés de confession musulmane sont victimes, selon les organisations de défense des droits de l'Homme et plusieurs pays occidentaux, d’une campagne de répression de l'armée birmane dans l'État d'Arakan, qui a même été qualifiée d’épuration ethnique par l’ONU.

Les critères de rapatriement ou le nombre de personnes concernées par ce programme n'ont pas été précisés. Un groupe de travail, qui reste à former, doit se pencher sur cette question.

>> À lire : "Les Rohingya victimes d''un exemple classique de nettoyage ethnique'", selon l'ONU

Le communiqué gouvernemental, qui n'emploie pas le terme "Rohingya" que refusent les autorités birmanes, fait simplement mention de "personnes déplacées de l'État Rakhine", région de l'ouest de la Birmanie épicentre des violences. Ces dernières sont à l’origine d’une véritable vague humaine ayant submergé le Bangladesh et engendré une des plus graves crises humanitaires de ce début de XXIe siècle en Asie.

Des apatrides sans papiers

Cet exode fait écho à d'autres afflux massifs de Rohingya au Bangladesh au cours des dernières décennies, notamment en 1978 et 1991-1992. Des programmes de retours en Birmanie ont déjà eu lieu mais la résurgence des violences questionne leur pérennité.

>> Vidéo : "Birmanie : l'impossible retour des Rohingya sur leurs terres"

Si la junte militaire qui a dirigé la Birmanie pendant des décennies a laissé formellement le pouvoir à un gouvernement civil dirigé par la prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi l'an dernier, beaucoup craignent que l'armée ne cherche à empêcher le retour des Rohingyas.

Les membres de cette minorité musulmane, forte d'environ un million de personnes, sont traités par les autorités birmanes comme des apatrides et beaucoup n'ont pas de papiers d'identité.

>> Vidéo : "Immersion dans un camp de réfugiés rohingyas au Bangladesh"

Or, l'armée, sur laquelle Aung San Suu Kyi n'a aucune autorité, a d'ores et déjà prévenu que les réfugiés ne pourraient rentrer que dans le cadre de la loi sur la citoyenneté de 1982, qui a établi une liste officielle des minorités ethniques en Birmanie, dont les Rohingya ne font pas partie.

"Nous sommes prêts à les accueillir dès que possible, dès que le Bangladesh nous aura renvoyé les formulaires (de retour)", a néanmoins assuré jeudi Myint Kyaing, secrétaire permanent du ministère du Travail, de l'Immigration et de la Population.

La signature de cet accord intervient à quelques jours de la visite du pape François dans ces deux pays. Le souverain pontife argentin sera en Birmanie du 26 au 30 novembre, puis au Bangladesh du 30 novembre au 2 décembre.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 23/11/2017

  • FRANCE

    Rassemblement à Paris en solidarité avec les Rohingyas

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Birmanie : Aung San Suu Kyi dément tout "nettoyage ethnique" visant les Rohingyas

    En savoir plus

  • BANGLADESH

    Bangladesh : le nombre de réfugiés rohingyas de Birmanie dépasse les 400 000

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)