Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Birmanie et Bangladesh s'accordent sur le retour des Rohingyas avant la visite du pape

© AFP | Des réfugiés rohingyas dans le camp de Balukhali, au Bangladesh, le 22 novembre 2017

RANGOUN (AFP) - 

A quelques jours de la visite du pape François, la Birmanie et le Bangladesh ont annoncé jeudi un accord sur le retour des réfugiés rohingyas, qui sont plus de 600.000 à avoir fui au Bangladesh ces dernières semaines.

"C'est une première étape", a expliqué à la presse le ministre bangladais des Affaires étrangères A.H Mahmood Ali à Naypyidaw, la capitale administrative birmane, assurant que les Birmans s'étaient engagés à "reprendre" les Rohingyas, qui vivent aujourd'hui à la frontière entre les deux pays dans des camps insalubres.

Cet "accord", signé entre la ministre des Affaires étrangères Aung San Suu Kyi et son homologue bangladais, intervient après des semaines de discussions infructueuses.

Mais les deux gouvernements n'ont en effet fourni aucun détail concernant l'accord, ni sur les conditions de retour, ni sur le calendrier. Et le chef de l'armée birmane, accusée par les Nations unies d'"épuration ethnique", a d'ailleurs récemment jugé impossible le retour en masse de ces réfugiés comme le propose le Bangladesh.

Ces derniers jours, les responsables diplomatiques se sont succédé à Naypyidaw, pour des entretiens avec le gouvernement birman, à quelques jours de l'arrivée du pape François dans le pays (qui se rendra également au Bangladesh), une visite inédite pour un souverain pontife sur ces terres bouddhistes.

Pékin a présenté le week-end dernier une "proposition en trois étapes" (dont le retour des réfugiés) à Aung San Suu Kyi, qui aurait été "approuvée" selon la Chine par la Birmanie et le Bangladesh.

De leur côté, les Etats-Unis ont haussé le ton mercredi contre l'armée birmane, dénonçant à leur tour, après l'ONU, un "nettoyage ethnique contre les Rohingyas".

© 2017 AFP