Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Etranger résident" : Marin Karmitz dévoile sa collection de photographies

En savoir plus

#ActuElles

Le sexisme passe à table : l’asservissement des femmes par la nourriture

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : le Soudan du Sud, pays maudit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La cupidité des grandes entreprises va régir Internet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Italie : les pilotes de Ryanair appelés à un débrayage de quatre heures, une première

En savoir plus

Coupe Davis: Noah "n'espère rien" avec le public français

© AFP | Le capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis Yannick Noah, le 24 novembre 2017 à Villeneuve-d'Ascq

VILLENEUVE-D'ASCQ (AFP) - 

Yannick Noah "n'espère rien" avec le public français, a-t-il déclaré vendredi lors de la finale de la Coupe Davis à Villeneuve-d'Ascq, en insistant sur la présence de "3 ou 4.000 supporters belges organisés et à fond".

A la question "Êtes-vous déçu de l'ambiance?", le capitaine de l'équipe de France a répondu: "Non, on s'y attendait. Rien ne nous déçoit. Pour être déçu, il faut espérer quelque chose. On n'espère rien. On joue avec ce que l'on a."

"On a l'ambiance que l'on attendait, à savoir 3 ou 4.000 supporters belges, organisés et à fond, a-t-il estimé. Nous, de notre côté, 3 ou 4.000 supporters et puis, 20.000 spectateurs." La capacité du stade Pierre-Mauroy, en configuration tennis, est de 27.500 places.

"Je pense que tous les gens ont passé un bon moment, a nuancé Noah. C'est quand même le but. Un partout, il y aura un double et un dimanche. Les gens qui ont un ticket pour le dimanche auront un match (à enjeu). Donc tout le monde est content."

Le N.1 français, Jo-Wilfried Tsonga, avait déjà déploré le manque de ferveur du public du stade de Villeneuve-d'Ascq il y a trois ans lors du duel perdu en finale contre la Suisse. "Lors de la présentation des équipes, on entendait plus le public suisse dans le stade que le public français. C'est un peu dur."

Vendredi, il a au contraire loué "la super ambiance" dans le stade "que ce soit sur le premier ou le deuxième match (Goffin-Pouille et Tsonga-Darcis)".

"Les gens sont à fond derrière nous, a-t-il apprécié. Il y a forcément des moments où l'arbitre est obligé de remettre le calme sur le terrain."

© 2017 AFP