Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Israël : Tzipi Livni appelle à un gel de la colonisation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Rachat de Fox par Disney : la souris croque le renard pour 66 mds de dollars

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie : la performance de Vladimir Poutine scrutée dans les médias

En savoir plus

LE DÉBAT

Russie : Vladimir président, Poutine candidat

En savoir plus

POLITIQUE

Les Républicains : Les travaux d’Hercule de Laurent Wauquiez

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Kev Adams, dans la peau d’un snowboarder surdoué

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Avec Jerusalem, les États-Unis ont réduit les chances d’une solution négociée"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : la frontière irlandaise, casse-tête du Brexit

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La réunion de l'OMC accouche de... rien

En savoir plus

Afrique

Le "crocodile" Emmerson Mnangagwa investi président du Zimbabwe

© Marco Longari, AFP | Emmerson Mnangagwa a prêté serment à Harare le 24 novembre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/11/2017

L'ancien vice-président du Zimbabwe a officiellement été investi président, vendredi à Harare, afin d'assurer la transition après 37 ans de règne de Robert Mugabe. Il hérite d'un pays ruiné et avide de réformes.

Après 37 ans sous la coupe de l'autoritaire Robert Mugabe, le Zimbabwe a mis vendredi 24 novembre un point final à son règne avec l'investiture de son successeur, Emmerson Mnangagwa.

L'ancien vice-président de 75 ans avait été désigné pour devenir le nouveau chef de l'État par le parti au pouvoir, la Zanu-PF. Il prend les rênes d'un pays ruiné, trois jours après la démission historique du plus vieux dirigeant en exercice de la planète, 93 ans, poussé vers la sortie par son armée, son parti et la rue.

"Moi, Emmerson Dambudzo Mnangagwa, jure qu'en tant que président de la République du Zimbabwe je serai loyal à la République du Zimbabwe et obéirai, soutiendrai et défendrai la Constitution et les lois du Zimbabwe," a-t-il prêté serment devant plusieurs dizaines de milliers de personnes dans le plus grand stade de la capitale, Harare, le National Sports Stadium.

Robert Mugabe était absent de la cérémonie, selon l'envoyée spéciale de France 24 à Harare, Caroline Dumay. Précisant qu'il ne sera pas inquiété et bénéficiera d'une "retraite confortable", elle ajoute néanmoins que le sort de l'ancienne Première dame, Grace Mugabe, est toujours incertain.

>> À lire sur France 24 : "Grace Mubage, la trop ambitieuse Première dame du Zimbabwe"

Mugabe, le "père de la nation"

Emmerson Mnangagwa a affirmé, lors de son discours d'investiture, que les élections présidentielles se tiendraient bien en 2018, comme le prévoyait l'agenda politique avant la destitution de Robert Mugabe. Il a rendu un hommage appuyé à son prédecesseur, qu'il a qualifié de "père de la nation".

Promettant de "réduire la pauvreté" et de lutter contre la corruption, il a aussi pris l'engagement d'indemniser les fermiers blancs qui avaient été violemment expulsés de leurs propriétés par Robert Mugabe au début des années 2000.

L’Afrique du Sud et la Grande-Bretagne absents

En 1980, c'est un autre stade de la capitale qui avait accueilli la cérémonie d'indépendance du Zimbabwe, en présence bien sûr de Robert Mugabe, mais aussi du chanteur Bob Marley, du Prince Charles et d'une dizaine de chefs d'État.

Cette fois, aucun membre de la famille royale britannique n'a fait le déplacement. L'ancienne puissance coloniale sera représentée par son secrétaire d'État chargé du Développement, Rory Stewart. Même le président sud-africain, Jacob Zuma, a décliné l'invitation du pays voisin, au motif qu'il reçoit au même moment son homologue angolais Joao Lourenco. À la place, il a dépêché son ministre des Communications, mais a félicité le nouveau président, déclarant qu'il "espère que [Mnangagwa] guidera le Zimbabwe vers une période de transition", selon Reuters.

Le président du Botswana, Seretse Ian Khama, celui du Mozambique, Filipe Nyusi, et le vice-président namibien Nickey Iyambo étaient en revanche présents lors de l'investiture.

Espoir de jours meilleurs

Les Zimbabwéens, épuisés par un chômage de masse, une crise des liquidités et la répression de toute contestation, ont acclamé l'annonce de la démission de Robert Mugabe et espèrent des jours meilleurs. Dans son premier discours depuis le début de la crise, Emmerson Mnangagwa a promis de s'atteler rapidement à la tâche. "Nous voulons relancer notre économie, nous voulons des emplois", a-t-il lancé devant ses partisans, sans détailler son programme.

>> À lire : Emmerson Mnangagwa rentre en héros au Zimbabwe pour succéder à Robert Mugabe

Son profil tempère toutefois les enthousiasmes. Emmerson Mnangagwa, 75 ans, un fidèle parmi les fidèles du régime, a longtemps exécuté sans sourciller la politique répressive de l'ancien président. "Des dizaines de milliers de personnes ont été torturées, ont disparu ou ont été tuées" sous l'ère Mugabe, selon Amnesty International.

Soucieux de rassurer, celui que les Zimbabwéens surnomment "le crocodile" a pour l'instant montré un visage souriant, promettant d'être le "serviteur du peuple".

Dans l’opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) a affiché sa préférence pour la mise en place d'un gouvernement d'union nationale jusqu'aux élections prévues en 2018, mais a assuré qu'aucune discussion n'était engagée. Son chef, Morgan Tsvangirai, s'est montré jeudi, dans un entretien avec l'AFP, très magnanime envers le président Mugabe, assurant que les Zimbabwéens ressentaient "des émotions conflictuelles pour ce héros, qui est aussi une brute".

L'opposition zimbabwéenne mise tout sur les élections de 2018

Avec AFP

Première publication : 24/11/2017

  • ZIMBABWE

    Emmerson Mnangagwa rentre en héros au Zimbabwe pour succéder à Robert Mugabe

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Emmerson Mnangagwa, le nouvel homme fort du Zimbabwe

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Robert Mugabe démissionne, scènes de liesse au Zimbabwe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)