Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

Asie - pacifique

Pakistan : libération du cerveau présumé des attentats de Bombay

© Arif Ali, AFP | Hafiz Saeed quitte le tribunal de Lahore, le 21 novembre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/11/2017

La justice pakistanaise a ordonné la libération de l'un des responsables présumés des attentats de Bombay en 2008, et dirigeant du groupe extrémiste Jamaat-ud-Dawa (JuD), révèle son mouvement vendredi.

Le dirigeant islamiste pakistanais accusé par l'Inde et les États-Unis d'être l'organisateur des attentats qui ont fait 166 morts en 2008 à Bombay en Inde, a été libéré, a appris Reuters vendredi 24 novembre auprès de son mouvement, le Jamaat-ud-Dawa (JuD).

Hafiz Saeed était en résidence surveillée depuis janvier dernier, après avoir vécu pendant des années au Pakistan sans être inquiété par la justice, au grand dam de New Delhi et de Washington.

Le gouvernement de la province du Pendjab avait demandé la prolongation de son assignation à résidence pour 60 jours mais la justice a rejeté cette demande cette semaine, estimant qu'aucune preuve de sa culpabilité n'avait été apportée.

Dix millions de dollars de récompense

Hafiz Saeed nie toute responsabilité dans l'attaque menée par un commando de dix hommes contre deux hôtels de luxe, un centre culturel juif et une gare de chemin de fer à Bombay en 2008. Le massacre avait duré plusieurs jours.

Les États-Unis, qui considèrent que le JuD est une vitrine du groupe armé pakistanais Lashkar-e-Taiba (LeT), classé sur la liste des organisations terroristes, ont offert une récompense de 10 millions de dollars (8,5 millions d'euros) pour sa capture. L'Inde a pour sa part fréquemment dénoncé l'incapacité du Pakistan à lui livrer des suspects ou à les poursuivre, Islamabad répondant que New Delhi ne lui avait pas fourni suffisamment de preuves.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 24/11/2017

  • PAKISTAN

    L'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif inculpé pour corruption

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Une Américaine, un Canadien et leurs enfants libérés après cinq ans de captivité entre l'Afghanistan et le Pakistan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Après l'Inde, le Népal et le Bangladesh, le Pakistan victime des inondations massives en Asie du sud-est

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)