Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement abandonne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie, Merera Goudina libéré de prison

En savoir plus

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : Le choix de la raison ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : Le choix de la raison ? (1ere partie)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Obiang : "La tentative de coup d'État en Guinée équatoriale a commencé en France"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : les mères courage inspirent les réalisateurs

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à Calais : humanité et fermeté ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vaudeville sino-américano-britannique"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Faillite du groupe britannique de BTP Carillion : mais que s'est-il donc passé ?

En savoir plus

Afrique

Centrafrique : à Bangui, les rancœurs contre l'ONU de plus en plus exacerbées

© Issouf Sanogo, AFP

Texte par Rémi CARLIER , Brenna DALDORPH

Dernière modification : 27/11/2017

Des manifestants ont incendié deux véhicules de l'ONU vendredi à Bangui, l'accusant à tort d'être à l’origine de la mort d'un étudiant. L’incident illustre le fort sentiment de défiance des Centrafricains à l’égard des Nations unies.

Plusieurs dizaines de jeunes Centrafricains sont descendus dans les rues de la capitale Bangui, vendredi 24 novembre, après la mort d’un étudiant, renversé au matin par un véhicule. Les manifestants, qui incriminaient l'ONU et sa mission dans le pays (Minusca), ont incendié deux de ses véhicules.

"Un véhicule des Nations unies qui passait sur les lieux a été pris à partie par une foule en colère et a été incendié, mettant en danger la vie des passagers qui ont été sauvés de justesse. Un véhicule des sapeurs-pompiers envoyé sur place par la Minusca a également été attaqué et endommagé par la foule, qui a aussi blessé un sapeur-pompier", annonce l’ONU dans un communiqué, déplorant des attaques "injustes" à son égard.

Le ministre de la Communication et des Médias, Ange Maxime Kazagui, a réagi peu après les évènements pour préciser que le véhicule ayant heurté l’étudiant était conduit par un membre des Forces armées centrafricaines (Faca) et n’appartenait pas à la flotte de l’ONU. Il s’agirait d’une ancienne voiture de l’Unicef, léguée récemment au ministère de la Défense.

"Tout ce qu’il se passe en Centrafrique, dans l’arrière-pays, la Minusca ne fait rien contre. Ils ne font que se pavaner dans Bangui au lieu de se rendre dans les provinces", lance un jeune étudiant en colère au micro de TV5 Monde.

>> À lire : En Centrafrique, une situation humanitaire "exécrable" et un conflit qui s'enlise

Tension palpable dans la ville

Présente à Bangui au moment des faits, la journaliste de France 24 Brenna Daldorph rapporte une omniprésence inhabituelle de casques bleus et une forte tension dans la capitale, pourtant présentée depuis plus d’un an comme seul "havre de paix" d’un pays ravagé et contrôlé à 80 % par des groupes armés rivaux. Les dernières violences dans la ville remontent au 11 novembre, quand une attaque à la grenade dans un café a fait quatre morts, un incident suivi par des représailles qui ont fait trois victimes supplémentaires. L’évènement était une première depuis plus d’un an.

Vis-à-vis de l'ONU, un premier incident avait déjà éclaté le 18 novembre après qu’une femme est morte dans un accident de moto devant l’ambassade de France. Les passagers d'un véhicule de l’ONU qui passait sur les lieux avaient alors été, là aussi, pris à partie.

"Bangui est une ville de rumeurs, et il y a ici une grande frustration à l’égard de l’ONU", pointe Brenna Daldorph. "À chaque fois qu’un renouvellement du mandat de la Minusca est prévu, il y a des violences."

Le Conseil de sécurité des Nations unies a voté le 15 novembre le renouvellement d’un an du mandat de la mission, composée de 12 500 militaires et policiers. Après plus de trois ans d'activités, troublées par les accusations de violences sexuelles de la part de casques bleus, la Minusca peine toujours à convaincre de son efficacité. En octobre 2016, quatre civils avaient été tués à Bangui lors d’une journée ville morte pour demander le retrait des forces onusiennes.

>> Voir l'entretien de France 24 avec Antonio Guterres sur la Centrafrique

Première publication : 26/11/2017

  • CENTRAFRIQUE

    Centrafrique : un an après le départ de l'opération Sangaris, le pays peine à se relever

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Depuis la Centrafrique, le secrétaire général de l'ONU condamne la manipulation de la religion

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Centrafrique : les ONG face à une nouvelle crise majeure

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)