Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

SPORT

Un an après le crash en Colombie de l'équipe brésilienne de Chapecoense, le club poursuit sa reconstruction

© Nelson Almeida, AFP | Cérémonie d'hommage à Chapeco.

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 29/11/2017

Le 28 novembre 2016, l’avion du club brésilien de Chapecoense s’écrasait en Colombie, provoquant la mort de 71 personnes parmi lesquels la plupart des joueurs et membres du staff de l’équipe. Un an après, le club poursuit sa renaissance.

Il y a un an, le crash aérien du vol 2933 de la compagnie bolivienne LaMia avait causé la mort de 71 personnes, pour la plupart membres du staff et joueurs de l’équipe brésilienne du club de Chapecoense. Le club, décimé et en deuil, était logiquement menacé de disparition après ce terrible accident. Pourtant, un an après le drame, le petit poucet du football brésilien a su se relever, au point d’être aujourd’hui en course pour une qualification historique en Copa Libertadores, l’équivalent sud-américain de la Ligue des champions. Un épilogue toutefois improbable puisque le club devra s’imposer lors de la dernière journée et espérer plusieurs autres résultats favorables.

Mais Libertadores ou pas, Chapecoense aura de toute manière accompli un véritable miracle au cours de ces douze derniers mois. Dévasté après l’accident, le club du sud du Brésil a fait appel à toutes les bonnes âmes pour reconstruire un effectif à la va-vite. En à peine un mois, 31 joueurs ont signé pour tenter de sauver la place du club en première division brésilienne.

Euschel, miraculé et meneur de troupe

S’en est suivi un véritable marathon. Entre les matchs de championnat, les tournois internationaux et les rencontres à but caritatif, Chapecoense a disputé plus de 70 rencontres officielles en 2017. Deux entraîneurs y ont perdu leur place et, après six premiers mois difficiles, le Verdão a fini par reprendre des couleurs.

Une renaissance qui a d’ailleurs pris forme le 7 août dernier, à l’occasion d’une rencontre amicale face au FC Barcelone. Ce soir-là, face à Leo Messi et consorts, le capitaine de l’équipe Alan Ruschel, rescapé du crash, a retrouvé les pelouses après de longs mois de rééducation. Et un peu plus de trois mois plus tard, Chapecoense est allé chercher son maintien parmi l’élite en enchainant les bons résultats.

Les familles toujours dans l’attente

Reste que derrière la résurrection du club au plan sportif, des dizaines de familles, elles, peinent à obtenir des explications. Comme le relate le quotidien L’Equipe, le groupe d’investigation des accidents aériens en Colombie a publié un rapport préliminaire sur le crash dès le 22 décembre 2016, avant de se heurter à un "manque de collaboration" de son homologue bolivien. L’enquête, toujours en cours un an après, n’a donc pas livré ses conclusions et aucune condamnation n’a pu être prononcée.

Depuis décembre dernier, l’hypothèse d’une panne de carburant est donc celle qui prévaut puisque les pilotes auraient décollé pour un vol dont la distance était supérieure à l’autonomie théorique de l’appareil. Une théorie contestée par l’assureur de la compagnie LaMia qui bloque les indemnisations aux familles des victimes en attendant que la justice se prononce sur les responsabilités de son client. Un long processus judiciaire en perspective.

Première publication : 29/11/2017

  • BRÉSIL

    La Copa Sudamericana attribuée à l'équipe brésilienne décimée de Chapecoense

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Brésil : ultime hommage à l'équipe de Chapecoense

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Crash aérien : Chapecoense, le rêve brisé d’un petit poucet du foot brésilien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)