Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Guillaume Soro : "Je vais réfléchir" à une candidature à la présidentielle de 2020

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FRANCE

Gros coup de froid pour le PSG à Strasbourg

© Frederick Florin, AFP | L'attaquant Kylian Mbappe a marqué le seul but parisien de la rencontre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/12/2017

Le Paris Saint-Germain de Neymar a connu sa première défaite de la saison, toutes compétitions confondues, sur la pelouse du Racing Club de Strasbourg (2-1), promu de L2 en L1, samedi lors d'une 16e journée de championnat qui fera date.

Tremblement de terre en Alsace ! Le Paris Saint-Germain de Neymar a connu sa première défaite de la saison, toutes compétitions confondues, sur la pelouse du Racing Club de Strasbourg (RCSA) (2-1), promu de L2 en L1, samedi 12 décembre lors d'une 16e journée de championnat qui fera date.

"Ce soir, on est passé à côté. On s'est créé des occasions, mais on n'a pas réussi à les concrétiser. On prend deux buts bêtement, on manque un peu de concentration. Strasbourg a fait son match", a commenté lucidement Marquinhos, le capitaine du PSG, au micro de Canal+.

Si on compte la fin de la saison L1 passée, cela faisait 18 matches d'affilée que les Parisiens n'avait plus perdu en championnat.

Mardi, le PSG affrontera le Bayern à Munich pour décrocher la première place de poule pour un tirage en 8e de finale de la Ligue des champions plus aisé (le PSG est déjà qualifié). Ce revers parisien fait désordre à quatre jours de ce déplacement.

Toujours en tête du championnat

Ce revers inattendu, qui prive temporairement Paris du titre honorifique de champion d'automne, vient assombrir le ciel jusque-là dégagé du club de la capitale.

Mais pas question de crise automnale pour le PSG contrairement au début des années 2000 : malgré cette défaite, les Parisiens caracolent toujours en tête du championnat (avec 41 points et 32 pour le dauphin actuel, Monaco).

Pour le RCSA, cette victoire inespérée est une bouffée d'oxygène, puisqu'elle lui permet de remonter provisoirement à la 16e place (18 points) et surtout de s'éloigner un peu de la zone de relégation.

Retour sur le film surprise du match. Après un début de match équilibré, c'est le Racing qui surprend le PSG et ouvre le score. Sur un coup franc, le spécialiste maison, Dimitri Liénard, trouve la tête de Da Costa (1-0, 13e).

Paris monopolise le ballon, mais bute sur une formation strasbourgeoise bien en place.

Après trois occasions manquées par Julian Draxler (18e) et Angel Di Maria (38e, 41e), titularisé car Edinson Cavani était ménagé sur le banc, Mbappé se montre enfin réaliste. Lancé par Neymar, Adrien Rabiot centre en retrait pour le jeune attaquant qui reprend victorieusement (1-1, 42e).

À ce moment-là, la France du foot pense que comme d'habitude, le PSG va enfin jouer à son niveau. Mais c'est le Racing qui repasse devant en profitant du manque de vigilance de la défense parisienne. Bahoken, dans un angle fermé, trouve la lucarne d'Alphonse Areola – pas très bien inspiré – d'un tir puissant et enflamme le stade (2-1, 65e).

Le PSG se rue à l'attaque avec une "MCN" reformée. Mais malgré neuf minutes de temps additionnel, les joueurs d'Emery ne trouvent pas la faille et quittent la pelouse la tête basse, tandis que La Meinau fête bruyamment ses héros.

Avec AFP

Première publication : 02/12/2017

COMMENTAIRE(S)