Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Amériques

Les États-Unis se retirent d'un pacte mondial sur les migrants et réfugiés

© Drew Angerer, AFP | La mission américaine auprès des Nations unies a annoncé samedi 2 décembre le retrait américain du pacte mondiale de l'ONU sur les réfugiés.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/12/2017

Donald Trump a décidé samedi de retirer son pays d'un Pacte mondial de l'ONU visant à améliorer la gestion internationale des migrants et réfugiés. Il juge celui-ci "incompatible" avec sa politique migratoire.

"America first". Déterminés à appliquer à la lettre le slogan de campagne de leur président, les États-Unis de Donald Trump ont annoncé leur retrait samedi 2 décembre d'un Pacte mondial de l'ONU visant à améliorer la gestion internationale des migrants et des réfugiés. Cet accord est jugé "incompatible" avec la politique migratoire de l'administration Trump, justifie la mission américaine auprès des Nations unies.

"Aujourd'hui, la mission américaine auprès de l'ONU a informé son secrétaire général que les États-Unis mettaient fin à leur participation au Pacte mondial sur la migration", indique un communiqué de la mission américaine.

En septembre 2016, les 193 membres de l'Assemblée générale de l'ONU avaient adopté à l'unanimité un texte appelé Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants et visant à améliorer la gestion internationale (accueil, aide aux retours…) des mouvements de réfugiés et de migrants. Sur la base de cette Déclaration, le Haut commissaire aux réfugiés a été mandaté pour proposer un Pacte mondial sur les migrants et réfugiés dans son rapport annuel à l'Assemblée générale en 2018. Ce Pacte doit reposer sur deux axes : définition d'un cadre des réponses à apporter et programme d'action.

Un pacte "incompatible" avec les principes de l'administration Trump

"La Déclaration de New York comprend plusieurs dispositions qui sont incompatibles avec les politiques américaines d'immigration et de réfugiés et les principes édictés par l'Administration Trump en matière d'immigration", souligne le communiqué de la mission des États-Unis auprès de l'ONU. "En conséquence, le président Trump a décidé l'arrêt de la participation des États-Unis à la préparation du Pacte qui vise à obtenir un consensus à l'ONU en 2018", ajoute le communiqué.

"L'approche mondiale de la Déclaration de New York est juste incompatible avec la souveraineté américaine", explique dans le communiqué l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley.

Sous la présidence républicaine Trump, les États-Unis se sont déjà retirés de plusieurs engagements pris sous l'administration de Barack Obama, comme notamment l'Accord de Paris sur le climat. Plus récemment, Donald Trump a décidé de retirer les États-Unis de l'Unesco, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture.

Avec AFP

Première publication : 03/12/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Le Sénat adopte la réforme de la fiscalité proposée par Trump, une victoire

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Enquête russe : inculpé, l'ex-conseiller de Trump, Michael Flynn, reconnaît avoir menti au FBI

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Washington redemande à la Chine de cesser de livrer du pétrole à Pyongyang

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)