Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

L'objectif de 50% de bio dans les cantines sera dans la loi

© AFP/Archives | Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert à Pomacle près de Reims, le 27 novembre 2017

PARIS (AFP) - 

L'objectif de passer à 50% de produits bio et locaux dans la restauration collective d'ici à 2022 fera l'objet d'une loi, déclare le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert dans Le Journal du Dimanche.

Interrogé pour savoir si cet objectif serait inscrit dans la loi, le ministre a répondu: "Oui, ce chiffre fait partie des objectifs d'une grande politique d'alimentation. Il y en a d'autres. Par exemple qu'en 2022, l?essentiel des ?ufs coquille consommés proviennent d'élevages alternatifs à la cage."

Le fait de passer à 50% de produits bio dans les cantines faisait parti des promesses de campagne d'Emmanuel Macron. Promesse qu'il a renouvelée lors de son discours de Rungis en octobre sur les États généraux de l'alimentation.

Le président Macron avait alors annoncé qu'il voulait légiférer par ordonnances au premier semestre 2018 pour rééquilibrer les contrats entre agriculteurs et distributeurs, ainsi que sur le seuil de revente à perte, afin que les agriculteurs soient mieux rémunérés.

Concernant le lien entre santé et alimentation, M. Travert a également indiqué au JDD qu'il réfléchissait avec la ministre de la Santé Agnès Buzyn "à un fonds de prévention public-privé".

"Il faut investir dans la prévention, notamment vis-à-vis des jeunes, amplifier et diversifier les actions d'éducation alimentaire, la sensibilisation, l'information", a-t-il ajouté.

© 2017 AFP