Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Asie - pacifique

La Corée du Sud et les États-Unis mènent des exercices militaires de grande ampleur

© Ministère de la Défense sud-coréen, AFP | Des avions des armées coréenne et américaine survolent la Corée du Sud, le 18 septembre 2017.

Vidéo par Marc PAUPE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/12/2017

Les États-Unis et la Corée du Sud ont lancé des exercices militaires aériens visant à intimider le régime nord-coréen, quelques jours seulement après le dernier tir de missile intercontinental mené par le régime.

Moins d’une semaine après un nouvel essai de missile de la Corée du Nord, les États-Unis et la Corée du Sud ont donné lundi 4 décembre le coup d'envoi de vastes exercices militaires aériens, impliquant 230 avions de guerre, dont six chasseurs furtifs F-22 Raptor, et 12 000 soldats américains.

Prévus de longue date, ces exercices, qui doivent durer cinq jours, incluent des simulations d'attaques sur des installations nucléaires ou sur des lanceurs de missiles nord-coréens.

Pyongyang a aussitôt réagi, qualifiant ces manœuvres de "provocation totale". La Corée du Nord avait annoncé quelques jours plus tôt avoir testé avec succès un nouveau type de missile balistique intercontinental (ICBM), le Hwasong-15, susceptible d'atteindre les États-Unis en tous points de leur territoire, ajoutant avoir achevé son objectif de devenir une puissance nucléaire.

Des jeux de guerres inquiétants

Dans la région, ces jeux de guerre inquiètent. À Séoul, de petites manifestations pacifistes ont été organisées ce lundi matin pour critiquer les manœuvres. À Pekin, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a estimé lundi qu’après deux mois de calme relatif dans la péninsule coréenne, la résurgence des tensions était regrettable.

S’adressant aux journalistes lors d’un point de presse avec son homologue mongol, Wang Yi a déclaré que Pékin voulait faire preuve d’ouverture concernant les solutions à trouver à la crise du nucléaire nord-coréen.

La Commission nord-coréenne pour la réunification pacifique a qualifié dimanche Donald Trump de "dément" et a déclaré que les manœuvres aériennes américano-sud-coréennes "poussaient la situation déjà très grave dans la péninsule coréenne au bord de la guerre nucléaire".

À Washington, l'entourage du président américain Donald Trump bat les tambours de guerre. Le secrétaire à la Défense McMaster a déclaré que la possibilité d'une guerre "augmentait jour après jour". Le sénateur Lindsay Graham a, lui, demandé l'évacuation des familles des soldats américains déployés en Corée du Sud.

Avec AFP

Première publication : 04/12/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Washington redemande à la Chine de cesser de livrer du pétrole à Pyongyang

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La nouvelle menace nord-coréenne en quatre questions

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La Corée du Nord affirme que son nouveau missile peut toucher tout le sol américain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)