Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

MODE

Dior part en croisière à Chantilly

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Tous superhéros" : Lilian Thuram signe une BD contre le racisme

En savoir plus

Moyen-Orient

Selon les Palestiniens, Donald Trump va transférer l'ambassade américaine à Jérusalem

© Thomas Coex, AFP | Un drapeau israélien en face de la vieille ville de Jérusalem, le 1er décembre 2017.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/12/2017

Donald Trump a informé le président palestinien Mahmoud Abbas "de son intention de transférer l'ambassade des États-Unis" en Israël à Jérusalem, selon l'Autorité palestinienne. Une décision redoutée par de nombreux pays de la région.

Le président américain Donald Trump aurait pris sa décision concernant l’épineux statut de Jérusalem. Il aurait informé son homologue palestinien Mahmoud Abbas "de son intention de transférer l'ambassade des États-Unis" en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem.

Au cours de cet échange téléphonique, Mahmoud Abbas a mis en garde Donald Trump contre les "conséquences dangereuses d'une telle décision sur le processus de paix, la sécurité et la stabilité dans la région et dans le monde", a rapporté la présidence palestinienne.

Le communiqué de la présidence palestinienne ne laisse pas clairement apparaître si Donald Trump avait signifié à Mahmoud Abbas son dessein d'engager immédiatement le déménagement, ou s'il s'agit d'une nouvelle déclaration d'intention à long terme.

D’après cette déclaration, Mahmoud Abbas a "réaffirmé [sa] position ferme qu'il ne peut y avoir d'État palestinien sans Jérusalem-Est pour capitale, conformément aux résolutions et à la loi internationales, et à l'initiative de paix arabe".

Les explications de notre correspondant

>> Vidéo : Jérusalem-Est cristallise toujours les tensions du Proche-Orient

Une question récurrente

Cette question est la même tous les six mois depuis plus de deux décennies : le président américain accepte-t-il de déménager l'ambassade des États-Unis en Israël vers Jérusalem, comme le prévoit une loi adoptée en 1995, ou signe-t-il une dérogation pour la maintenir à Tel-Aviv, à l'instar du reste de la communauté internationale ?

La nouvelle date-butoir pour renouveler la dérogation tombait théoriquement ce lundi. Jusqu'ici, les présidents successifs ont choisi la seconde solution. Malgré sa promesse de campagne en faveur d'un déménagement, Donald Trump a fini, lors de la précédente échéance en juin, par se résoudre à attendre, pour "donner sa chance" à la paix.

Cette question est brûlante pour les Palestiniens et leurs alliés qui estiment que Jérusalem-Est, annexée par Israël en 1967, doit être la capitale de l'État auquel ils aspirent et que le statut de la ville ne peut être réglé que dans le cadre d'un accord de paix avec les Israéliens.

Les islamistes du Hamas ont menacé d'une "nouvelle Intifada" si une telle décision était prise. De son côté, le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman a affirmé  qu’il s’agissait d’une "occasion historique de réparer une injustice".

Avec Reuters et AFP

Première publication : 05/12/2017

  • PROCHE-ORIENT

    Palestine : les cent ans de la controversée déclaration Balfour

    En savoir plus

  • ISRAËL

    En Israël, Donald Trump mise sur les symboles et l'ennemi commun

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Trump veut que Washington reconnaisse Jérusalem comme la capitale d'Israël

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)