Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Amériques

L'ex-présidente argentine Cristina Kirchner inculpée pour "trahison"

© Juan Carlos Cardenas, AFP | Cristina Kirchner a prêté serment comme sénatrice le 29 novembre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/12/2017

Un juge fédéral a ordonné jeudi la levée d'immunité et l'arrestation de l'ex-présidente de l'Argentine et sénatrice Cristina Kirchner. Elle est accusée d'avoir entravé l'enquête sur l'attentat de 1994 contre une mutuelle juive.

L'horizon judicaire de Cristina Kirchner s'assombrit. L'ancienne présidente de l'Argentine a été inculpée jeudi 7 décembre pour entrave à l'enquête sur l'attentat contre une mutuelle juive qui avait fait 85 morts en 1994. En réaction, la sénatrice a dénoncé une "violation de l'État de droit".

Le juge a également réclamé la levée de l'immunité parlementaire dont dispose l'ancienne dirigeante en raison de son statut de sénatrice, poste auquel elle a été élue en octobre.

Peu après, Cristina Kirchner a réagi lors d'une conférence de presse et jugé que les accusations portées contre elle "violaient l'État de droit". Elle a également accusé le président argentin Mauricio Macri de "manipuler" la justice.

C'est le juge fédéral Carlos Bonadio qui a mis en examen Cristina Kirchner pour "trahison" et demandé son placement en détention. En octobre, il l'avait convoquée et l'ex-présidente avait rejeté ses accusations.

Le juge considère qu'un pacte qu'elle avait conclu en 2012 avec l'Iran était une manière de permettre aux suspects iraniens de se dérober à la justice argentine.

L'accord prévoyait que des hauts fonctionnaires iraniens, soupçonnés d'avoir commandité l'attentat contre la mutuelle Amia, soient entendus par des magistrats argentins à Téhéran faute de pouvoir le faire à Buenos Aires. Le pacte avait été approuvé par le Parlement argentin, mais l'Iran n'avait finalement pas respecté les termes de l'accord.

>> À lire aussi : Pourquoi la justice argentine rouvre l’enquête du procureur Nisman sur Kirchner

L'accusation pour entrave à l'enquête au profit de l'Iran avait d'abord été lancée en 2015 par le procureur Alberto Nisman, à la tête du parquet. Mais à la veille de présenter son accusation contre Cristina Kirchner au Parlement, il avait été retrouvé mort dans son appartement de Buenos Aires.

Une mise en détention peu probable

Cristina Kirchner, 64 ans, a prêté serment la semaine dernière comme sénatrice. Avant tout placement en détention, le Sénat devrait d'abord voter la levée de son immunité.

Cependant, il semble toutefois peu probable que le Sénat puisse rallier les deux tiers des voix pour lever cette immunité car le mouvement péroniste auquel appartient l'ancienne présidente de gauche compte 32 sièges sur 75.

Avec AFP

Première publication : 07/12/2017

  • ARGENTINE

    Sous-marin disparu : la marine argentine met fin aux opérations de secours

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Argentine : "Le féminicide n'est plus considéré comme normal"

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Argentine : "L'opposition se sert de l'affaire Maldonado comme argument électoral"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)