Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Journée mondiale des migrants, des politiques en Europe de plus en plus hostiles

En savoir plus

LE DÉBAT

Journée mondiale des migrants, des politiques en Europe de plus en plus hostiles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Samy Gemayel : "Au Liban, le Hezbollah dicte au gouvernement sa politique étrangère"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Lulendo, maître des rythmes de la forêt

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Allemagne : l'apprentissage de la langue, clé de l'intégration

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Panne et pagaille à l'aéroport d'Atlanta

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les sommets de la honte"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Guy Verhofstadt : "L'avenir de nos régions ne se trouve pas dans le séparatisme"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dimitris Avramopoulos : "L'Union européenne fait son devoir moral et légal"

En savoir plus

Amériques

États-Unis : accusé de harcèlement sexuel, le sénateur Al Franken va démissionner

© Jim Watson, AFP | Al Franken s'était exprimé devant son bureau le 27 novembre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/12/2017

Le sénateur américain Al Franken, accusé de gestes déplacés par plusieurs femmes, a annoncé jeudi qu'il allait démissionner. Ses collègues démocrates le poussent vers la sortie depuis plusieurs semaines.

Accusé depuis trois semaines de harcèlement sexuel par plusieurs femmes, le sénateur américain démocrate Al Franken a annoncé jeudi 7 décembre qu'il présenterait sa démission dans les prochaines semaines.

>> À lire aussi : Personnalité de l'année : Time distingue le mouvement #MeToo

"Je sais, au fond de mon cœur, que je n'ai rien fait pour déshonorer cette institution, a-t-il déclaré lors d'un discours prononcé depuis l'hémicycle. Toutefois, j'annonce aujourd'hui que dans les prochaines semaines, je démissionnerai du Sénat." "Je m'en vais alors qu'un homme qui s'est vanté d'avoir agressé sexuellement des femmes occupe le Bureau ovale", a-t-il ajouté.

Un vent de changement au Congrès

Beaucoup d'élues et d'élus estiment que le Congrès américain se situe à un moment-charnière, un point de l'histoire où chacun doit, sans la moindre ambiguïté, adopter une politique de tolérance zéro envers tout comportement déplacé, a fortiori du harcèlement ou des agressions sexuelles.

C'est ce qui a poussé, mercredi en moins de 24 heures, 32 des 48 démocrates et apparentés du Sénat à appeler Al Franken, 66 ans, à la démission. Un mouvement lancé par un groupe de sénatrices après un nouveau témoignage.

Le Congrès a longtemps été une institution machiste. Aujourd'hui, les femmes ne représentent que 20 % des parlementaires. Mais il y 20 ans, elles n'étaient que 12 % ; il y a 30 ans, 5 %.

Nancy Pelosi, chef de l'opposition démocrate de la Chambre, qu'elle fut la première femme à présider de 2007 à 2010, s'est félicitée du changement de culture, illustré notamment par la désignation par le magazine Time, comme personnalité de l'année, des femmes ayant brisé le silence sur le harcèlement sexuel. "Notre pays a franchi le Rubicon, grâce à ces femmes", s'est félicitée Nancy Pelosi jeudi.

Avec AFP

Première publication : 07/12/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Personnalité de l'année : Time distingue le mouvement #MeToo

    En savoir plus

  • FRANCE

    En images : manifestation à Paris contre les violences visant les femmes

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Argentine : "Le féminicide n'est plus considéré comme normal"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)